Review 014 – War Inside – S.U.T.U.R.E

War Inside - Logo

Depuis 2008, la scène Nantaise est régulièrement remuée par les énergiques prestations de War Inside. En 2011 sort une démo, puis trois ans plus tard, Welcoming the Crow, leur premier album. Même si Thomas, le chanteur, officie également dans Regarde Les Hommes Tomber depuis fin 2014, leur volonté est restée intacte et S.U.T.U.R.E en est la preuve.

War Inside se revendique comme influencés par Behemoth et Dissection, ce qui ressent énormément sur l’album. La théâtralisation n’est pas la, mais ils n’ont rien à leur envier. La pochette est volontairement sombre, difficile à comprendre puisque la plupart des éléments sont vus de loin.

S.U.T.U.R.E. - War Inside

Demiurge, premier extrait, est une entrée en matière brutale et sans concession. On entre (de gré ou de force) directement dans l’album. La ou Behemoth aurait commencé avec une intro longue et mystique, War Inside se démarque par la puissance brute. Les paroles parlent du choix de vie du personnage évoqué. The Milgram Whore laisse de coté les influences Death pour une noirceur propre au Black Metal. Rapide et inquiétant, ce titre est à la fois énigmatique, mais également très important pour la suite de l’écoute.
Body Bones n’est rien de moins qu’une bonne tranche de puissance brute. Là ou Demiurge pouvait vous faire croire au summum de la violence, Body Bones vient vous prouver que non, ils peuvent faire encore mieux. Name Us Defective propose deux voix : celle de Thomas évidemment, mais aussi celle de Romaric Lamare, chanteur de Malkavian. L’univers change un peu : voyage en Suède au temps des premiers albums de Death Mélodique avec ce duo puissant. Le titre est à la fois entraînant mais également très mélodique.
Penance est un morceau exclusivement instrumental. Pas de voix ici, mais de la technique tout du long. Preuve ultime, même si on le savait déjà, que les musiciens sont doués dans ce qu’ils font, et qu’ils aiment réellement leur univers. Cold As Dead renoue avec le chant, mais peut surprendre. Elle commence de manière plutôt calme alors qu’une ambiance funeste s’installe. Le titre prend de la rapidité pour atteindre son apogée dans un final cataclysmique. Maggots on Candies restera dans la trame brutale de Demiurge, mais avec une ambiance toujours assez malsaine.
Connivance (le deuxième extrait) suivra honorablement la chanson précédente, alors que Rictus fera office d’apothéose. Ce titre, en plus d’être très entrainant, est d’une puissance presque homérique lorsqu’elle est bien saisie. A écouter peut être lors d’une baisse de motivation en pleine course pour voir si l’idée se confirme.
Avec cet album magistral, War Inside réimpose sa présence au sein de la scene Black-Death. Une valeur sûre, montante, et surtout de chez nous ! On attend de nouvelles dates avec impatience pour découvrir les morceaux en live, pour ceux qui n’ont pas pu assister à la release party.

85/100

 

English Version ?

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.