Review 193: No Point in Living – Last Choice is Ours

Vous êtes vous déjà laissés envahir par le désespoir ? Le créateur de No Point in Living l’a fait.

Yu (instruments/chant, A Portrait of Flesh and Blood, Retreat Neurosis) a monté son projet en 2015 au Japon. Et dès 2017, c’est l’avalanche. A ce jour, dix neuf albums, quatre EPs et huit splits sont sortis. Impressionnant, non ? Alors attendez d’écouter Last Choice is Ours, son dernier album, et également dernier de la série “Last”.

Comme à son habitude, le musicien navigue sans peine dans un univers entre DSBM, Black Metal Atmosphérique et sonorités mélancoliques, avec cette touche Prog qui lui sied à merveille. Dreaming profite de samples ambiants pour nous recouvrir d’une chape de de noirceur, dans laquelle il est agréable de se laisser fouetter par les riffs riches du morceau. Les guitares développent cette progression pendant que les hurlements nous rappellent les bases du style. Le morceau ralentit peu à peu mais ne perd pas de vue la mélodicité dissonante et triste jusqu’à la fin. The King of the Dead est un morceau plus massif qui pioche dans le Death Metal, mais les riffs Black refont rapidement surface. A nouveau, des claviers assurent ce côté imposant, qui tranche avec l’aspect certes glacial, mais beaucoup plus lugubre de la rythmique. Côté lead, le son est tranchant, et même si la rythmique se brise pour offrir un paysage dissonant et emplit de tristesse, le tout reste cohérent.
La plongée dans les ténèbres continue avec Meaningless Life et sa langueur omniprésente. Le titre est plus court, mais il n’en est pas moins intense, bien au contraire. On se laisse sans souci happer par ce tableau de noirceur, de douleur et de regrets. Quelques passages instrumentaux entre deux hurlements de détresse pour nous laisser apprécier la beauté de ses riffs, et le japonais remet des mots sur les émotions fortes qui l’habitent. A nouveau le final est très axé Prog avec une maîtrise irréprochable de ses instruments, avant de laisser place à Live Or Die. Le titre étant le plus court de l’album, il offre brutalement son message à travers des riffs qui font cohabiter Black Metal et influences plus groovy, avec des passages presques joyeux. Dernier morceau, Last Choice is Ours reprend les aspects Prog de la formation que le musicien met au service de la noirceur de sa musique pour créer différentes ambiances: du furieux ouragan de haine à la douce vague de douleur, chaque partie du morceau est soignée et s’imbrique parfaitement avec les autres.

Impressionnant à la fois par la quantité mais également la qualité de sa musique, No Point in Living confirme mes impressions. Last Choice is Ours et ses cinq titres transcrivent à la perfection les émotions les plus sombres de l’être humain à travers la maîtrise de son créateur. Bien que différentes, les influences se complètent et s’enrichissent mutuellement. Parfois sous-estimée, la scène japonaise regorge de trésors !

95/100

English Version?

One thought on “Review 193: No Point in Living – Last Choice is Ours

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.