Review 281 : Second to Sun – Leviathan

Des profondeurs de la Russie, Second to Sun s’éveille à nouveau.

Créé en 2011, le groupe change de style sous l’impulsion de Vladimir Lehtinen (guitare, Vintergata, Voivotus, ex-Epoch Crysis), son créateur. Accompagné de Theodor Borovski (batterie, Goot, The Lust, ex-Drunemeton), Gleb Sysoev (chant, Grima, Ultar, ex-Deafknife) et Maxim (basse, Grima, Ultar, ex-Deafknife), le groupe dévoile Leviathan, son huitième album. 

C’est avec la longue Eerie que l’album débute. Un premier contact avec une noirceur viscérale, agressive et lancinante qui nous enveloppe instantanément dans ses volutes sombres en nous lacérant. Entrecoupée de pauses aériennes, l’intense rythmique et les hurlements poignants nous transportent sans ménagement dans ces profondeurs obscures. Plus dissonante, Marsch der Wölfe est un morceau oppressant, servi à merveille par un vocaliste en pleine forme qui n’hésite pas à nous terrifier puis relancer cette lente rythmique avant de passer à The Emperor in Hell. On retrouve ces mélodies enivrantes et aériennes qui donnent une saveur particulière à la rythmique brute, tout comme les harmoniques entêtantes d’I Psychoanalyze My Ghosts. Le morceau est très entraînant, voir même un peu groovy par moments, et on se laisse guider dans l’esprit du groupe.
Retour de la férocité brute avec Shaitan, un titre aux harmoniques perçantes qui suivent des cris malsains sur une rythmique rapide. Entre Black Metal vif et touches plus pesantes, le groupe est totalement déchaîné avant une pause oppressante nommée The Engraving of Gustave Doré. Pour ceux qui connaissent l’univers macabre du peintre, cette ambiance colle à merveille à son oeuvre. Leviathan prend la suite, renouant avec un Post-Black martial rempli d’harmoniques et de hurlements saisissants, de parties aériennes et de riffs bourrés d’émotions au service de la créature mythique. Très long, le morceau profite de quelques breaks pour faire monter l’intensité avant un final plus doux, mais toujours angoissant. Black Death, Spirits, and Werewolves nous offre une pause inquiétante et mystique avant November, la glaciale dernière composition. Toute la puissance et la froideur de l’univers des russes se déploie une dernière fois devant nous. Entre chaos, mélancolie et mélodies noires, le son s’éteint finalement dans le néant.

Bien que leur dernière production fut excellente, Second to Sun a encore gagné en intensité. Leviathan est leur album le plus sombre et glacial, mais aussi le plus abouti et le plus imposant. Rien ne peut les arrêter.

90/100

English version?

One thought on “Review 281 : Second to Sun – Leviathan

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.