Review 287 : Kataklysm – Unconquered

Day 2 - 8 - Kataklysm

Kataklysm, titans du Death Mélodique à la Canadienne, refait surface avec Unconquered.

Créé en 1991 par Maurizio Iacono (basse de 1991 à 1998 puis chant, Ex Deo) et Jean-François Dagenais (guitare, Ex Deo), le groupe joue un Death Metal sans compromis, qui se tourne progressivement vers le Death Mélodique. Le line-up est complété par Stéphane Barbe (basse depuis 1998, Ex Deo) et plus récemment par James Payne (batterie, Hiss from the Moat, ex-Hour of Penance, ex-Vital Remains) après le départ d’Olivier Beaudoin (ex-Ex Deo). A noter qu’il a tout de même enregistré ce quatorzième album avec le groupe.

Une douce et mélancolique introduction nous prépare au premier impact. Nommé The Killshot, le titre est massif. Un son pachydermique, une basse ravageuse, une batterie agressive, et ce chant si motivant, qui mêle growl et scream perçant par moments. Le groupe est en pleine forme, et on le constate aussi sur la glaciale Cut Me Down, en compagnie de Tuomas Saukkonen (Wolfheart, Dawn of Solace). Les riffs sont aussi tranchants que mélodiques, et ces leads entêtants vont vous hanter pendant longtemps ! Underneath the Scars confirme l’approche plus moderne du son du groupe, avec un groove incroyable et cette touche de rage permanente. Le headbang deviendra obligatoire pour Focused to Destroy You, un titre vindicatif qui laisse place à des éléments planants autant qu’à la puissance brute. Les musiciens se déchaînent tout en gardant cet aspect mélodique.
Le tempo ralentit pour The Way Back Home, un titre plus calme mais tout aussi écrasant, qui nous offre une atmosphère enchanteresse. Les leads s’insèrent à merveille dans ce mur sonore qui accélère par moments. Attention au break. On repart dans ce mélange entre mélodies et hargne pour Stitches, un morceau qui semble piocher dans le Djent. Le refrain est encore une fois accrocheur au possible, et vous l’aurez en tête en une seule fois. Plus sombre, Defiant joue à la fois sur la vitesse, mais également des parties plus techniques, surtout au niveau de la guitare. La base reste grasse et lourde, et le chant apporte cet élément caractéristique du groupe. Changement d’ambiance pour la mélancolique Icarus Falling et son introduction au clavier. Le morceau est sublime, et vous glacera le sang en un rien de temps, transposant cette somptueuse mélancolie jusque dans les riffs les plus bas. Cette partie centrale est un véritable coup dans le ventre. Dernier morceau, When It’s Over nous propose une introduction plutôt calme avant de renouer avec ces sonorités mélodiques et entraînantes qui se posent sur cette base lourde.

Loin de se reposer sur leurs lauriers, Kataklysm surprend encore. A cette base de Death Mélodique prenante, Unconquered apporte des sonorités nouvelles, des riffs froids, sombres, de la mélancolie, mais conserve toujours cette rage. Vous serez conquis.

90/100

English version?

One thought on “Review 287 : Kataklysm – Unconquered

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.