Review 294 : Messiah – Fracmont

Les vétérans suisses Messiah reviennent enfin.

Créé en 1984 par Brögi (guitare), le groupe a connu plusieurs pauses ainsi que quelques changements de line-up, mais 2020 marque l’année de la sortie de leur sixième album, soit 26 ans après le précédent. Patrick « Frugi » Hersche (basse), Steve Karrer (batterie, Gurd) et Andy Kaina (chant) se sont réunis pour donner vie à Fracmont.

Après une introduction mystique et inquiétante nommée Sacrosanctus Primitivus, le groupe nous lâche sur Fracmont, le titre éponyme. Entre Thrash tranchant et Death Metal sombre, les musiciens n’ont rien perdu de leur hargne. Les riffs sont parfaitement mixés, et complètent à merveille des cris emplis de rage et un blast vif. Le titre est très long, mais nous permet de glisser d’une ambiance agressive à des parties leads endiablées puis un break plus aérien avant de renouer avec la violence. On retrouve également cette ambiance oppressante avant des riffs sanglants pour Morte Al Dente, un morceau Old School à souhaits et très accrocheur. A nouveau, les leads ressortent de la rythmique, tout comme les harmoniques de la lourde Urbi et Orbi. Le titre accélère soudainement, mettant en avant les influences Thrash de la formation, et c’est après un long lead que la courte Singularity nous offre une rapide dose de Death Metal purulent.
Children of Faith propose une introduction planante avant de renouer avec l’agressivité de leurs racines tout en conservant cette dimension glaciale autant dans les hurlements lointains que dans les riffs. On continue avec Dein Wille geschehe, un titre plus martial et vif, qui pioche autant dans ces harmoniques Old School que dans des parties plus mélodiques. La dynamique est la même pour Miracle Far Beyond Disaster, une composition qui allie ce côté Old School gras et tranchant avec des mélodies plus douces et prenantes, laissant au chanteur la possibilité de nous hurler au visage. La fin approche avec My Flesh – Your Soul, un morceau plus sombre, mais qui également très solide, offrant une approche quelque peu différente et complémentaire à la musique du groupe, avec notamment un break planant et horrifique avant le fin. L’introduction de Throne Of Diabolic Heretics, la dernière composition, peut surprendre, mais c’est les riffs solides reprennent rapidement leur place, nous saisissant une dernière fois à la gorge avant de nous relâcher sur un final symphonique.

Bien que l’histoire de Messiah soit compliquée, leur retour est triomphal. Fracmont est un parfait mélange de son ténébreux, riffs Old School et volonté de montrer au monde que leur musique est immortelle.

80/100

English version?

One thought on “Review 294 : Messiah – Fracmont

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.