Review 353 : Shores Of Null – Beyond the Shores (on Death and Dying)

Vous êtes sur le point de vivre une expérience inédite créée par Shores of Null.

Intitulée Beyond the Shores (on Death and Dying), elle est la création de Davide Straccione (chant, Zippo), Matteo Capozucca (basse/choeurs, ex-Il Grande Scisma d’Oriente), Emiliano Cantiano (batterie, Noumeno), Gabriele Giaccari (guitare/choeurs, The Orange Man Theory) et Raffaele Colace (guitare/choeurs).

Pour ce troisième album, les italiens ont vu les choses en grand. Un morceau. Un seul morceau. Mais cette merveilleuse composition, qui dure près de quarante minutes, nous offre également la participation de musiciens d’exception. On retrouve Fabio Gabbianelli (contrebasse) et Valentina Gabbianelli (violon) pour les passages plus doux, mais également Martina L. McLean (chant), Paolo Campitelli (piano), Marco Mastrobuono (guitare/basse), Elisabetta Marchetti (chant, Inno), Mikko Kotamäki (chant, Swallow the Sun) et Thomas A G Jensen (chant, Saturnus).
Il est complexe de décrire par des mots une telle expérience. Si le titre se doit d’être écouté d’une seule traite, il développe des ambiances différentes et complémentaires. La base mélancolique et lourde du groupe demeure en permanence et les guests ajoutent cette touche qui les caractérise, à commencer par les hurlements de Mikko Kotamäki et Thomas A G Jensen, qui enrichissent l’intense rythmique du groupe avec cette oppression mélodieuse. Les mélodies font d’ailleurs en permanence partie de ces riffs, qui ralentissent, accélèrent, prennent des accents sombres ou au contraire s’adoucissent avec une voix féminine, tout en laissant à Davide Straccione le privilège de nous envoûter avec ce refrain entêtant, que l’on fredonnera pendant quelques heures encore après l’écoute. Les samples, que ce soit l’introduction ou l’outro, nous donnent l’impression d’avoir vécu l’oeil du cyclone d’une manière ou d’une autre. Entre les parties aux harmoniques perçantes, les influences identifiables réinterprétées et les riffs massifs, tout y est.

Shores of Null a choisi de prendre un risque énorme avec ce nouvel album. Pourtant, Beyond the Shores (on Death and Dying) est un joyau d’une pureté rare, dont l’éclat brillera encore pendant des années sur la carrière du groupe, qui semble être à son apogée.

95/100

English version?

One thought on “Review 353 : Shores Of Null – Beyond the Shores (on Death and Dying)

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.