Review 392 : Hjelvik – Welcome To Hell

Il est temps pour Hjelvik de rejoindre le combat.

Créé par Erlend Hjelvik (chant/composition, ex-Djevel, ex-Kvelertak), l’homme recrute Kevin Foley (batterie, ex-Benighted, ex-Mumakil, ex-Abbath, ex-Disavowed), Rob Steinway (guitare, Skelator, ex-Inquinok, ex-Shaded Enmity) et Alexis Lieu (basse, F Stands for Fuck You, ex-Benighted) pour enregistrer Welcome To Hell, son premier album solo. A noter que Remi Andrè Nygård (guitare, Inculter) participera aux lives. 

Entre Heavy et Viking Metal, Father War débute sur ce lead entêtant. La rythmique suit, et sans surprise elle est très entraînante. Mais le groupe offre également des parties plus dissonantes, et un chant motivant. La rapide Thor’s Hammer nous offre un contraste intéressant entre les influences de la formation, tout en proposant des parties leads dansantes, alors qu’Helgrinda se focalise sur des sonorités épiques et une base rythmique lourde, ce qui plaira sans nul doute aux foules. The Power Ballad of Freyr est la suivante, et à nouveau ce titre joue sur l’alternance entre sonorités entraînantes, passages plus puissants et leads perçants pendant que le vocaliste hurle ses paroles. La joyeuse Glory of Hell suit le même schéma, laissant une place de choix aux leads, et les racines Old School se ressentent pleinement, avec la participation de Matt Pike (Sleep, High on Fire) au chant et leads.
12th Spell est plus mystérieuse, entre ces harmoniques aériennes, ce groove évident grâce à la basse vrombissante, et les cris perçants du frontman, alors qu’Ironwood nous fait revenir à l’âge d’or du Heavy Metal traditionnel. Les riffs se teintent de quelques influences dansantes et profiteront également de cette guitare tranchante pour conquérir le coeur des fosses. Retour dans les sonorités épiques sombres pour Kvedulv, un titre au lead hypnotique et aux parties vocales emplies de rage, puis le groupe renoue avec une fureur totale sur North Tsar. Si l’introduction nous intrigue, les riffs sauront conquérir les mélomanes et les amateurs de sonorités nordiques. Necromance, le dernier morceau, reste dans des tonalités sombres, mais le titre permet aux musiciens quelques expérimentations, comme cette voix claire qui surgit de nulle part. 

Mêlant sonorités Old School et influences nordiques, Hjelvik renoue avec ses racines. Welcome To Hell est un album motivant qui saura trouver son public à la fois dans une salle remplie de passionnés comme sur une scène de festival.

75/100

English version?

One thought on “Review 392 : Hjelvik – Welcome To Hell

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.