Review 449 : Demon Head – Viscera

Le début de l’année est mis sous le signe du mysticisme avec Demon Head.

Le groupe créé en 2012 au Danemark et composé de Marcus Ferreira Larsen (chant, Alucarda), Fuglsang (basse), Jeppe Wittus (batterie), Gjerlufsen Nielsen (guitare) et Gjerluff Nielsen (guitare) nous propose aujourd’hui Viscera, son quatrième album, qui sort chez Metal Blade Records

Si vous n’avez jamais entendu parler du groupe Danois, préparez-vous à être envoûtés par ce mélange entre Doom Metal sombre, Hard Rock occulte et claviers ambiants. La magie opère dès le premier morceau, Tooth and Nail, et ce sort n’est pas prêt de se dissiper. Le chant si prenant et pourtant un peu effrayant du vocaliste, couplé à des chœurs aériens, nous envoûte, et ces sonorités intrigantes continuent sur The Feline Smile. Le mélange entre les claviers, le chant et ces riffs sombres mais doux confirment que le Demonic Rock du groupe est aussi efficace qu’enchanteur, faisant s’accroître peu à peu l’intensité. Le tempo ralentit avec Arrows, un titre très court mais entêtant, puis Magical Death, une composition étrange et pourtant captivante, démarre. Le rituel du groupe prend peu à peu forme, jusqu’à une sorte de point culminant, où on peut presque percevoir une odeur d’encens pour accompagner les quelques hurlements. The Lupine Choir vient apaiser les esprits à nouveau avec ce son ambiant, qui s’assombrit avec A Long, Groaning Descent, qui débouche sur In Adamantine Chains. L’énergie occulte qui habite les musiciens s’exprime tellement, que ce soit dans cette section rythmique enjouée, ces guitares aux accents psychédéliques ou encore les différentes nuances de voix. Black Torches reprend des tonalités ritualistiques lancinantes, et crée un climat pesant, qui laissera finalement les lead s’exprimer avec ces influences Post-Metal, puis Wreath vient à nouveau ralentir la cadence avec des riffs doux. The Triumphal Chariot of Antimony est un peu la dernière complainte fantomatique du groupe, leur permettant d’exploiter une dernière fois la noirceur, mais également ces douces notes.

Demon Head est pour moi une découverte qui prouve que la violence ne fait pas tout. Viscera est un album doux et prenant, qui mérite sa place dans les premières écoutes de l’année. Un peu court, le disque présente des influences évidentes à un autre géant Danois.

85/100

English version?

One thought on “Review 449 : Demon Head – Viscera

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.