Review 481 : Ephemerald – Between the Glimpses of Hope

Ephemerald est prêt à avancer.

Créé en 2016 en Finlande par Joni Snoro (guitare, ex-Frosttide) et Lauri Myllylä (basse, Voidfallen, ex-Frosttide, ex-The Decapitated Midgets, ex-Prayed and Betrayed), le groupe recrute rapidement Juho Suomi (batterie, Apocryfal, Prayed and Betrayed) et Vesa Salovaara (chant, Vorna) puis commencent à composer. Ils sont rejoints par Tuomo Sagulin (claviers), et annoncent Between the Glimpses of Hope, leur premier album.

L’album commence avec l’imposante Grand Creation, un titre qui étale d’emblée les influences Mélodiques/Symphoniques du groupe. Les orchestrations rencontrent une rythmique lourde et ultra-rapide, sur laquelle se posent des hurlements vindicatifs. Les tonalités épiques vont faire headbanguer toute une fosse, tout comme I Bear Fire, un morceau sombre et mélancolique que les fans du groupe connaissent déjà. A mi-chemin entre le Black et le Death Metal, le groupe nous expose son terrain de jeu, qu’il bombarde de riffs tranchants. Servant prend la suite, entre riffs massifs, chœurs enchanteurs et orchestrations prenantes, offrant une parfaite bande-son pour un mosh en bonne et due forme, alors que Lost débute plus lentement. A cette introduction enchanteresse, le groupe ajoute une furieuse rage, teintée des ces éléments majestueux et apaisants, mais également des riffs planants.
All There Is nous propose une introduction acoustique accompagnée de chœurs, puis c’est après la moitié du morceau que la saturation vient compléter le tableau, sans toutefois lui enlever sa magie. A nouveau, une voix claire s’ajoute au mélange sur Reborn, un morceau assez lourd et fédérateur, qui fera par la suite appel à des tonalités plus dramatiques et prenantes avant de nous offrir des leads perçants. La sombre No Fall Is Too Deep prend la suite, entre cette avalanche de puissance, ces influences planantes et cette voix claire sublime, qui complète à merveille les hurlements du vocaliste. Le contraste entre douceur et violence est à nouveau exploité sur Till the Sea Swallows Us Whole avec ses ambiances majestueuses et imposantes mais mélancoliques avant Into the Endless, le dernier morceau. Beaucoup plus pesante, cette dernière composition joue sur l’aspect épique des mélodies perçantes du groupe et les capacités du vocaliste pour nous offrir de quoi savourer cette magnifique froideur à la Finlandaise une dernière fois.

Le premier album d’Ephemerald est incroyable. Profondément ancré entre le Death, le Black et le Metal Symphonique, Between the Glimpses of Hope et ses racines finlandaises est un album qui prend le meilleur de tous les styles et qui le mélange jusqu’à obtenir le meilleur.

95/100

English version?

One thought on “Review 481 : Ephemerald – Between the Glimpses of Hope

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.