Review 482 : Ablaze My Sorrow – Among Ashes and Monoliths

Après un changement de chanteur, Ablaze My Sorrow revient.

Créé en Suède en 1993 par Magnus Carlsson (guitare) et Martin Qvist (guitare/chant), le groupe recrute rapidement Anders Brorsson (basse), puis Alex Bengtsson (batterie) et Dennie Lindén (guitare). Après trois albums et des changements de line-up, le groupe s’arrête en 2006, pour se reformer en 2013. Suite au départ de Kristian Lönnsjö (chant) en 2019, le groupe recrute Jonas Udd (chant, ex-The Incarnation) et sort finalement Among Ashes and Monoliths, leur cinquième album.

Dans la plus pure tradition du Death Mélodique à la suédoise, My Sorrow nous prend à la gorge après une introduction mélancolique. Les riffs sont tranchants, les hurlements du vocaliste les font s’enflammer, et des tonalités majestueuses les accompagnent dans cette longue et douloureuse quête, tout comme sur la virulente Among Ashes and Monoliths. Le mur de son nous frappe à pleine puissance, et ce son imposant est plus qu’entraînant. Côté rythmique, on reste sur quelque chose de très solide surmonté par des leads acérés, alors que Black Waters ralentit le tempo pour piocher dans le Doom/Death, avec même un peu de chant clair intense. Grit revient puiser dans une énergie sombre et oppressante, puis c’est la lancinante Her Cold Embrace qui vient nous fasciner. Accompagnés de la voix de Jonna Enckell (ex-The Project Hate MCMXCIX), le groupe nous laisse baigner dans cette douce mélancolie, créant un délicieux contraste.
La rage pure refait surface avec At the Graves of Giants, combinant une rythmique sanglante, des hurlements possédés et ces leads criards avec une atmosphère agressive, tout comme Dark Chasms, un morceau très entraînant. Très mélodieux, le titre propose un duo d’harmoniques cinglantes sur lequel le vocaliste déverse toute sa rage, puis on part dans des tonalités plus joyeuses avec The Cavernous Deep. A nouveau, le chant clair trouve sa place sur ce morceau dansant, avant de faire resurgir la noirceur dans les riffs pour Nonextance. La fureur se mêle aux racines du style avant un break angoissant, puis la rage explose à nouveau avant March of the Eldritch Spawn, un interlude instrumental prenant qui nous laisse finalement sur The Day I Die. Le titre est très mélancolique, les hurlements sont parfois accompagnés de choeurs, et la recette est efficace. Frihet Framför Feghet, le dernier morceau, fait appel à l’énergie pure d’Ulf Blomberg (Palmless, ex-Exhale) pour un duo infernal.

Ablaze My Sorrow fait partie de cette première vague de Death Mélodique suédois, leur son ne laisse aucun doute. Among Ashes and Monoliths intègre rage et mélancolie à des riffs Old School aussi sombres qu’énergiques, et il est impossible de ne pas y adhérer.

90/100

English version?

One thought on “Review 482 : Ablaze My Sorrow – Among Ashes and Monoliths

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.