Review 320 : Auðn – Vökudraumsins fangi

Day 1 - 8 - Audn

Pour leurs dix ans, le groupe islandais Auðn nous offre un troisième album.

Intitulé Vökudraumsins fangi, il est le fruit de trois années de composition pour Hjálmar Gylfason (guitare, ex-bassiste), Sigurður Kjartan Pálsson (batterie), Aðalsteinn Magnússon (guitare/chant), Andri Björn Birgisson (guitare) et Hjalti Sveinsson (chant) ainsi que pour Matthías Hlífar Mogensen (basse/guitare), leur nouvelle recrue. A noter qu’Arnaldur Ingi Jónsson (orgue) et Magnús Jóhann Ragnarsson (piano/mellotron) les accompagnent en tant qu’invités.

Einn um alla tíð, le premier morceau, nous accueille lentement dans cet univers. Après une douce introduction, la noirceur prend possession des riffs du combo, et le vocaliste commence à hurler. La composition prend une toute autre dimension, entre mélancolie, désespoir et souffrance. Les cris viscéraux du chanteur nous malmènent pendant que les mélodies nous hypnotisent, alors que l’énergique et lourde Eldeborg nous capture elle aussi. Le morceau est différent du précédent, mais on sent cette même intensité, ce son violent qui prend aux tripes et ce chant qui vient se greffer par dessus en ajoutant une dimension humaine aux riffs glaciaux. Même constat pour Birtan hugann brennir, un titre sombre et lancinant, avec quelques harmoniques perçantes et aériennes qui savent ralentir afin d’offrir de magnifiques passages calmes. L’introduction de Verður von að bráð feint le calme, mais il est impossible de ne pas deviner que la frénésie s’empare rapidement des musiciens, qui nous offrent un son entêtant et pourtant lugubre. Les leads apportent cette touche planante, tout comme sur l’imposante Drepsótt. Le titre joue sur une rythmique remuante, mais est tout aussi intéressant.
A nouveau, c’est le calme qui règne pour l’introduction de Næðir um grâce aux invités, mais ce calme s’efface progressivement pour laisser place à la tempête. On retrouve un passage plus doux pour ce qui semble être le coeur du cyclone, puisque les riffs repartent par la suite, laissant place à Horfin mér. Il ne faut que très peu de temps au groupe pour nous emporter une fois de plus avec eux dans cette avalanche sonore, avec toutefois ce break atmosphérique au centre, avant de repartir sur de la noirceur pure. Le son criard d’Á himin stara nous agresse à merveille, laissant le vocaliste offrir un chant malsain, effrayant et mener la danse. La partie instrumentale réagit littéralement à ses hurlements, comme lors d’une pièce de théâtre macabre. La quiétude apparaît à nouveau avec l’introduction de Ljóstýra, un titre qui reste doux même lorsque la saturation règne en maître au sein du son. Des parties plus énergiques s’intègrent à cette rythmique, mais le groupe conserve cette sérénité. Dernier morceau, Vökudraumsins fangi permet au groupe de conclure cet album transcendant avec un titre où l’instrumentale domine, mais qui laisse le chanteur nous hurler une dernière fois son désespoir au visage sur la fin.

Depuis ses débuts, Auðn a toujours proposé un Black Metal d’une intensité remarquable, et Vökudraumsins fangi ne fait pas exception à la règle. Le groupe est capable de nous faire passer par toutes les émotions en nous lacérant avec des riffs majestueux.

95/100

English version?

One thought on “Review 320 : Auðn – Vökudraumsins fangi

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.