Review 357 : I’m In A Coffin – Waste of Skin

Avez-vous déjà senti le désespoir vous envahir ? I’m In A Coffin en a fait l’expérience.

Créé en 2008 aux Etats-Unis par Sad-ist (basse/clavier/chant) et Adorable (guitare/batterie/chant), le groupe sort deux démos et un album cette même année. Un split en 2012, puis c’est Waste of Skin qui marque le retour du groupe en 2020.

Vous l’aurez rapidement compris si ce n’était pas déjà évident, I’m In A Coffin fait du DSBM. Et cet album est la démonstration de neuf années de composition entre souffrance, chagrin et douleur. On la ressent dès Solipsistic Dry Heaves, un titre lent et lancinant introduite par un sample mélancolique. La dualité vocale des deux membres reste ancrée dans la peine, et elle s’exprime à nouveau sur Ending Soon Now. La rythmique est entêtante, planante, et coupée par quelques paroles plus calmes, mais les hurlements plaintifs refont rapidement surface. Si la basse est omniprésente, les harmoniques de guitare ne sont pas en reste. Slave to my Skin et sa rythmique torturée prennent la suite, mais un son clair dérangeant viendra créer un contraste prenant, de même que l’addition de ces quelques notes de piano.
Dust Spirit est étrangement entraînante, tout en gardant ces sonorités sombres. Une base massive entretenue notamment par une double pédale rapide pendant que les musiciens développent leurs harmoniques en déversant leur chant. Passage instrumental avec Dawn Goes Down Today, un titre court et aérien, qui permet de souffler tout en restant dans cette mélancolie ambiante avant Suicide Eyes. Si le titre commence tout aussi doucement que les précédents, la rythmique finira par exploser, offrant une passage intense. Mais le groupe ralentira à nouveau, ajoutant quelques claviers majestueux avant Life Never Was (Waste of Skin), le dernier titre. Il est le plus long de l’album, et également celui qui mélange le plus les influences et les sonorités de la formation. Un break au son clair au centre du titre leur permet de relancer avec plus d’ardeur cette douloureuse complainte, puis de l’achever avec lourdeur.

Après un profond silence, I’m In A Coffin célèbre son retour avec un album. Waste of Skin est un recueil de compositions emplies d’émotions, de souffrance et de peine, contées par un duo inspiré qui incarne le désespoir.

85/100

English version?

One thought on “Review 357 : I’m In A Coffin – Waste of Skin

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.