Review 358 : Without Mercy- Seismic

Le Canada nous propose une nouvelle perle, appelée Without Mercy.

Créé en 2004, le groupe sort une première démo en 2008, puis un album en 2009. Onze années et deux EPs après, c’est un nouvel album qui est annoncé par DJ Temple (guitare), Alex Friis (vocals, Tyrannicide), Matt Helie (batterie) et Ryan Loewen (basse). Et cet album, c’est Seismic

Le groupe évolue dans un mélange entre Groove, Death Metal, Metalcore et Deathcore, et c’est Thunderbird qui va nous le montrer. On notera la présence de Jeff Loomis (Arch Enemy, ex-Nevermore) à la guitare, pendant que le groupe nous assène des riffs massifs mais entraînants, et que le vocaliste multiplie les hurlements surpuissants. Même constat pour la lourde Abysmal, un titre dont le long break calme vous surprendra, mais qui autorise aux musiciens une petite démonstration mélodique. Left Alone met en avant les parties Groove de la formation, tout en assénant une bonne dose de violence lourde, avec quelques explosions bien senties. La puissance brute est de mise pour Wiindigo, un titre assez entêtant et qui joue également sur des influences à la The Black Dahlia Murder (surtout au niveau du chant), des mélodies perçantes et une basse omniprésente. On notera ce final pesant qui nous enfonce littéralement dans le sol.
On continue sur Disinfect the Soul, un morceau qui lie à la perfection lourdeur, groove, performances techniques de la part de Chris Broderick (In Flames, Act of Defiance, ex-Jag Panzer, ex-Megadeth), et qui se termine en une lente partie dissonante pesante. Puis The Disaster frappe, renouant avec la violence pure et surtout les tonalités entrainantes qui feront exploser la fosse, avant de se faire agresser par Possessed. Le titre est très mélodique, mais également énergique, puis le break mettra les choses au clair avec un son lourd au possible. I Break The Chain renoue avec la rapidité, mais également des passages techniques à la basse et une diversité vocale intéressante, puis un mélange entre technicité, groove et lourdeur. Le dernier titre, Uprooted, est plus diversifié. On sent des racines Grind, Post-Hardcore, et cette violente base groovy qui frappe inlassablement. Alors que l’on croît au final, le riff revient pour une dernière dose, puis nous laisse.

La musique de Without Mercy s’adresse à un public large. Seismic conviendra autant aux amateurs de violence pure, qu’à une fosse qui se frappe en suivant ce groove prenant. 

85/100

English version?

One thought on “Review 358 : Without Mercy- Seismic

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.