Review 369 : Heads for the Dead – Into the Red

Heads for the Dead revient avec un nouvel album.

Créé en 2017 par Jonny Pettersson (tous instruments, Wombbath, Ashcloud, Just Before Dawn, Henry Kane…) et Ralf Hauber (chant, Revel in Flesh), le groupe sort un premier album en 2018, puis recrute Ed Warby (batterie, Areyon, ex-Gorefest, ex-Hail of Bullets) l’année suivante avant de nous offrir Into the Red, leur nouvel album.

Into the Red, le premier morceau, affirme immédiatement ses influences Death, mais aussi Black Metal. Le titre est oppressant, lourd et surtout construit pour séduire grâce à une ambiance glauque à souhaits. On repart dans un Death accrocheur aux patterns Grindcore pour la courte The Coffin Scratcher, en plus de quelques samples sombres. Les leads perçants sont très efficaces, et cette ambiance pesante revient pour At The Dead Of Night. Le titre mélange les influences pour en faire quelque chose d’énergique, sans toutefois négliger les hurlements morbides, alors qu’Horror Injection s’axe sur une rythmique imposante et des harmoniques mélodiques pour nous frapper sans ménagement. Le groupe recrée cette ambiance horrifique avec The Seance, un titre gras à la rythmique épaisse. Les musiciens n’hésitent pas à placer des parties plus rapides et sombres, alors que Night Ripping Terror conserve la noirceur tout en la transposant à des riffs effrénés.
The Midnight Resistance joue sur ce mélange entre Black et Death Old School tout en injectant une dose d’énergie pour un titre rapide, alors que Multi Morbid Maniac prend le temps d’instaurer une ambiance malsaine avant de la remplir de riffs rapides, tranchants et gras. The Revenant offre ce sursaut de violence pure en une minute déchaînée, avant de revenir sur ce jeu d’ambiances pour The Prophecy Fulfilled. Le titre est lent et imposant, mais aussi écrasant et malsain, nous laissant la possibilité de reprendre notre souffle. Le titre suivant n’est autre qu’une reprise de la célèbre Transilvanian Hunger du groupe Darkthrone. Si le morceau est respecté à la lettre, il offre également cette touche entre Death gras et Black incisif du groupe avant Creatures of the Monolith, le dernier titre. Il est long, pesant et surtout très prenant. On se laisse facilement happer par cette ambiance noire, ces frappes et ces hurlements qui accélèrent avant de nous laisser.

Bien que très récent, Heads for the Dead n’a pas été créé des mains de n’importe qui. Le groupe a fait d’Into the Red un album lourd, malsain, prenant et oppressant, qui convient autant aux fans de Death, que de Black et peut-être même de Doom.

90/100

English version?

One thought on “Review 369 : Heads for the Dead – Into the Red

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.