Review 375 : Decaying Days – The Unknown Beyond

Laissez la mélancolie de Decaying Days vous envahir à nouveau.

Créé en 2010 en Allemagne, le groupe composé de Manuel Klein (chant, ex-Forlorn Tales, ex-Ausserwelt), Daniel Maurer (guitare, Neorite), Nico Ehlers (batterie), Hannes Bürger (basse, Redestruction, Ausserwelt en live) et Tobias Müller (guitare, ex-Order to Ruin) nous offre The Unknown Beyond, son deuxième album. 

Illustré par Jeff Grimal (Spectrale, ex-Demande à la Poussière, ex-The Great Old Ones), l’album de Doom/Death Mélodique débute avec Aeons. Le morceau se dévoile progressivement, et c’est finalement une rythmique oppressante, dissonante et mélodieuse qui frappe. Le son est entraînant, mais on ressent tout de même une certaine noirceur dans ces harmoniques et ces hurlements massifs. Une voix parlée inquiétante s’invitera au mélange, puis c’est au tour de ces leads entêtants sur A Distant Memory de venir ajouter une touche mélancolique au son lourd. Entre sonorités perçantes et tonalités sombres, le morceau avance, puis laisse place à Into Your Eyes, un titre lent et également très nostalgique. Un sample maussade vient à la rencontre de cette rythmique qui devient plus lourde, et les riffs nous écrasent avant de se parer d’harmoniques plus légères. Reflections vient ensuite nous hypnotiser grâce à ses leads avant de nous émerveiller, puis de nous violenter à nouveau. Les tonalités dissonantes et la voix claire lui donnent une saveur particulière que l’on apprécie sans modération.
Pause douceur avec Interlude, une instrumentale calme qui démarre lentement puis qui se renforce peu à peu avant de laisser place à un riff lourd et une guitare lead perçante. Time Takes Away prend la suite, et c’est à nouveau entre mélancolie, sonorités pesantes et une voix puissante que le groupe nous séduit. Le titre est empli de tonalités prenantes, et ce n’est qu’après un long et lent lead que le son s’arrête, pour laisser place à Falling Down. Ce morceau est plus lourd, mais il pioche également plus intensément dans les accents Prog qui constituent la base de l’instrumentale, sans jamais délaisser la lourdeur du Doom/Death ni les mélodies oniriques. On retrouve également une inquiétante dissonance, tout comme sur The Unknow Beyond, le dernier titre. Une ambiance pesante règne sans conteste alors que les leads prennent le contrôle de notre esprit, puis un break avant le retour de la distorsion, et c’est finalement la guitare qui nous porte doucement jusqu’à la fin.

Si le but de Decaying Days était de nous faire voyager, c’est un succès. The Unknown Beyond est un album qui possède autant de tonalités lourdes que perçantes, prenantes et mélancoliques, ce qui en fait un excellent choix.

90/100

English version?

One thought on “Review 375 : Decaying Days – The Unknown Beyond

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.