Interview: Mr Kill

MrKill vient de sortir son premier EP, appelé The Day of Reckoning. J’ai eu l’opportunité de parler avec Justin Ks (guitare/chant).

English Version?

Chronique de l’album The Day Of Reckoning

Premièrement, bonjour et merci de ton temps ! Pourrais tu présenter MrKill à quelqu’un qui n’a jamais entendu parler de vous ?
Justin Ks (guitar/vocals) : Merci à toi ! Nous sommes MrKill, un quatuor de Death Mélodique de Melbourne en Australie, formé en 2017. Nous allons sortir notre premier EP, The Day Of Reckoning le 31 juillet 2020.

The Day of Reckoning, le premier EP du groupe, va donc sortir. Comment vous vous sentez à ce propos ? Comment s’est passé le processus de composition ?
Justin : De manière générale, nous sommes très contents de ce qui s’est passé. Ca a été une énorme courbe d’apprentissage dans la création musicale, et on a plutôt bien géré ça. L’industrie de la musique elle-même est une grosse énigme qui change constamment. On a fait en sorte autant que possible d’avoir une approche des choses du point de vue d’un auditeur “comment est-ce que je veux que ça sonne pour l’écouter ?”, en débutant de la composition, des arrangements, du concept, et mener tout ça au produit final qui en a découlé. Avec un regard sur la productions, après des années d’essais et des erreurs concernant l’enregistrement à la maison tout en l’envoyant à différents ingénieurs pour le mix, nous avons réalisé avoir besoin de travailler avec un professionnel, quelqu’un qui a produit avec succès des groupes de Metal. Sur cet EP, nous avons travaillé avec Chris (Themelco) de Monolith Studios ici à Melbourne, qui nous a aidés à atteindre le bon son et la bonne production pour notre musique. Ca fait vraiment la différence quand tu travailles avec quelqu’un de ce calibre. La plupart du son de cet EP a été écrit durant les trois dernières années, presque depuis la création du groupe. Une fois que toute la production mix et mastering ont été faits, le résultat final a dépassé mes attentes. La production a tout relevé. Cependant, la composition et l’expérience peuvent faire débat en permanence. Malgré tout ça, on sent que l’on peut et que l’on a besoin de faire mieux sur notre prochaine sortie.

Vous avez sorti une lyric vidéo pour le titre Annihilation, pourquoi avoir choisi de mettre en valeur celui-ci ?
Justin : L’EP entier est une longue histoire de fin du monde/destruction. Ca commence quand le mal s’est répandu sur l’humanité, en en prenant le contrôle, il l’asservit et cause des bouleversements et de la misère. Les autres morceaux se concentrent sur d’autres aspects de la haine, du despotisme, de l’abus de pouvoir, de la subjugation et de l’état de confusion. Comme nous prévoyons d’autres sorties, nous avons pensé que cela serait sensé de commencer l’histoire par le début, pas par le milieu ou la fin.

Quand j’écoute l’EP, je sens évidemment d’énormes racines Death Mélodique, mais aussi du Thrash et des influences Old School, qui considéreriez vous comme les principales influences du groupe ?
Justin : Nous essayons vraiment de ne pas coller à un genre en particulier, de ne pas s’imposer de limites inutiles à notre créativité. Il se trouve que notre son actuel, au niveau des riffs et des structures, peut être décrit de la meilleure des façons par du Death Mélodique? Bien sûr on peut y entendre certaines influences. Des gens vont comparer notre son à In Flames, alors que d’autres diront “vous sonnez comme Cradle of Filth”. De la scène Death Metal nos plus grosses influences seraient probablement Kataklysm, Dark Tranquility, In Flames (au début), Hypocrisy, Paradise Lost et bien d’autres. Nos riffs sont basés sur les mélodies plus que les riffs en eux-mêmes, par conséquent les mélodies sont la base des morceaux que nous écrivons. Beaucoup de mélodies sont en réalité inspirées de musique folklorique lettonne. Il y a une bonne raison pour ça (notre principal compositeur est Letton d’origine). Nous pourrions citer des centaines de groupes de Metal qui nous inspirent et influencent notre musique, il n’y en a pas un en particulier qui nous inspire plus que les autres.

Qu’est ce qui vous inspire pour composer et écrire des paroles ?
Justin : C’est une très bonne question. Cet EP au complet s’est révélé être très sombre et malfaisant, et écrire quelque chose de ce genre, il faut être dans un certain état d’esprit. En Australie, où la vie est généralement pas mal, ce n’est pas simple de trouver l’inspiration pour écrire des choses sombres. Quand je vivais en Angleterre, et que le temps était principalement glauque, trouver l’inspiration était plus simple. Généralement, du bon Metal t’inspires pour écrire du Metal. Actuellement il y a également pas mal de choses qui se passent dans le monde, principalement de l’ignorance, de l’injustice et également des événements récents qui contribuent à trouver de l’inspiration quand tu veux écrire de la musique.

Vous considérez MrKill comme un personnage qui vit à travers votre musique, n’est-ce pas ? Peux-tu m’en dire un peu plus à son propos ? Sa naissance, son combat contre le monde, son ressenti… Est-ce que c’est simple d’exprimer les sentiments de quelqu’un d’autre à travers vos chansons ?
Justin : MrKill est une idée/concept d’un personnage malveillant qui fait des choses mauvaises. De ce fait, nous n’aimons pas vraiment associer nos photos avec le concept du groupe. Je pense que ce serait cool si le groupe restait un concept visuel plutôt que des photos de gars qui jouent du Metal. A la base, Mr Kill est un mec qui fait ce qu’il veut quand il veut, de ce fait tu vois un mec sur l’artwork de l’EP qui vient de défoncer une ville. Il peut être décrit comme le mec avec qui tu ne veux pas avoir d’emmerdes. Mr Kill et l’EP entier peuvent être interprétés comme la représentation symbolique de mauvaises idées et de mauvais événements, à la place d’une personne physique qui se ballade et détruit des endroits. Si les gens peuvent voir plus d’une signification dans notre musique et nos paroles, c’est qu’on a bien fait, mais seul le temps nous le dira. Quand on a créé le groupe, le nom nous est venu comme ça et nous avons commencé à écrire de la musique l’idée était de faire en sorte que les paroles soient mauvaises et malfaisantes. Ca devait être mauvais et malfaisant, c’est ce que le Death Metal doit être. Dans notre premier EP, The Day Of Reckoning, tout l’EP se concentre sur un thème apocalyptique de fin du monde où les titres explorent différents états et scénarios d’abus de pouvoir, de ténèbres, de boulversements, de malice et d’ignorance.

Parlons de toi à présent, comment a débuté ton aventure musicale ?
Justin : Eh bien MrKill a débuté aux alentours de 2010 à Leeds en Angleterre quand j’étais la bas. En 2007 je passais dans une boutiqu à Leeds et j’ai acheté une guitare électrique, le reste appartient à l’histoire. Le premier titre de MrKill, Hatred, du nouvel EP dans sa forme finale a été écrit à Leeds en 2010. Depuis lors, j’ai poursuivi ma carrière d’ingénieur, j’ai atterri à Melbourne en Australie qui est maintenant chez moi. A cause de mon travail, je n’ai pas pu me consacrer pleinement à la musique jusqu’à 2017 quand j’ai créé le groupe avec d’autres personnes. Depuis 2017 on a un processus actif d’écriture de musique, de concerts et de sorties de singles.

Quel était le tout premier titre de Metal que tu aies écouté ? Et quel est celui qui t’ait fait penser “je veux créer un groupe et jouer sur scène” ?
Justin : Je ne me souviens pas d’un morceau en particulier. Je me souviens vaguement d’écouter du Metallica ou du Rammstein à l’école primaire. Après ça, j’ai rapidement été voir du côté de la musique plus lourde. Ecrire de la musique et mener un groupe est quelque chose que j’ai toujours voulu faire. Être capable de créer de la musique et des concepts que les gens peuvent apprécier sans que ce ne soit un travail à plein temps est un rêve devenu réalité. C’est également important d’avoir une carrière dans un domaine et d’être artiste ou musicien dans un domaine totalement différent. Ça met du poids dans la balance d’une bonne manière.

Je sais que le Covid-19 a foutu en l’air pas mal de choses, mais est-ce qu’il y a déjà des choses que tu peux nous dire concernant le futur du groupe ? Comme des clips vidéos, des performances live ou peut-être d’autres sorties ?
Justin : Le futur du groupe dans la création de musique se fout de ce qui arrive. Covid ou pas, si tu es vrai dans ton art, alors ça n’importe pas. Bien sûr on aimerait jouer en live, cependant on comprend que dans la situation actuelle ce n’est pas possible tout de suite. Mais je peux te le dire, nous sommes totalement dévoués à l’écriture, à jouer, à enregistrer et sortir de la musique.

En Europe nous connaissons à peine la scène australienne à travers Parkway Drive, Thy Art Is Murder, AC/DC et Airbourne bien spur, mais aussi des groupes underground comme Deadspace, Ouroboros, Be’lakor ou Wardaemonic… est-ce que tu peux nous en dire un peu plus sur la scène Metal australienne ?
Justin : La scène locale est riche et saturée de bonne musique. Mes préférés sont (sans ordre précis) Orpheus Omega, Nazxul, Blackhelm, Witchgrinder, Cryptic Abyss, Our Last Enemy, In The Burial et un tas d’autre. Tu devrais les écouter !

Et si je te demandais de comparer la musique de MrKill à un plat australien ? Quel serait il et pourquoi ?
Justin : Je trouverais ça difficile de comparer de la musique ou un artiste à un plat, mais je l’ai fait, et ce serait un barbecue australien ! Un barbecue peut être n’importe quoi, différents types de viande, des légumes et absolument pas de salade. Il devrait y avoir un paquet de trucs croustillants et tu en sortirais absolument plein.

Pourquoi avoir choisi le Death Mélodique comme moyen d’expression en tant que musicien ? Qu’est ce que vous aimez particulièrement dans ce style plus que dans les autres ?
Justin : On a probablement déjà répondu indirectement à cette question. La réponse est simple, nous ne l’avons pas fait. Actuellement, la musique doit ressembler à du Death Mélodique, cependant si nous devions trouver d’autres styles qui nous aideraient davantage à nous exprimer, nous n’hésiterions pas à en changer. Je pense que le Death Mélodique a ses avantages qui nous permet d’exprimer notre musique via les mélodies pendant que nous maintenons les riffs lourds mais précis. Une chose à propos des mélodies, c’est sur les auditeurs s’en souviennent longtemps.

Je te laisse une opportunité de créer ta tournée de rêve : MrKill est le groupe d’ouverture, et tu peux choisir trois autres groupes pour compléter l’affiche ! Qui choisirais tu et pourquoi ?
Justin : Gotsu Totsu Kotsu, Kataklysm et Fleshgod Apocalypse. C’est un choix assez hasardeux. J’adorerai vraiment voir ces trois groupes en une seule nuit. Ils sont tous excellents dans ce qu’ils font. Être dans la même affiche sur une journée serait un honneur.

C’était ma dernière question, merci à nouveau de ton temps, je te laisse les mots de la fin ! Salutations depuis la France !
Justin : Merci à toi ! Nous espérons visiter votre super pays un de ces jours. On vous souhaite le meilleur, prenez soin de vous !

One thought on “Interview: Mr Kill

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.