Review 298 : Enslaved – Utgard

Day 2 - 9 - Enslaved

L’équipage d’Enslaved a de nouveau fait route vers une nouvelle aventure.

Nommée Utgard, elle est la quinzième du groupe depuis sa formation en 1991. Du line-up d’origine, Ivar Bjørnson (guitare/claviers/choeurs/effets, Ivar Bjørnson & Einar Selvik, ex-Phobia, ex-Borknagar, ex-Mysticum) et Grutle Kjellson (basse/chant/effets, ex-Phobia) restent les capitaines, mais ils, sont aidés par Arve Isdal (guitare, Demonaz, Audrey Horne), Håkon Vinje (claviers/chant, Seven Impale) et Iver Sandøy (batterie/chant, Ilti Milta).

L’album débute avec les chants vikings de Fires in the Dark, le premier titre. Reliant à merveille leurs racines Black/Pagan Metal et leurs sonorités Prog, le groupe tisse un univers onirique prenant, qui nous happe rapidement grâce à des hurlements guerriers, un chant clair intense et des claviers aériens. Jettegryta prend la même direction musicale, entre Black Metal perçant et influences planantes. Le titre est tout de même très axé sur des tonalités épiques, renforcés par des cris. La dansante Sequence joue énormément sur le contraste entre les deux aspects de la musique du groupe, ajoutant aux grognements du vocaliste des choeurs en chant clair et des riffs légers. Homebound est également un morceau peuplé de sonorités agressives, mais également de leads plus doux, qui créent ce lien si puissant entre les deux paysages musicaux.
Utgardr, un sample mystique et inquiétant, rompt le rythme, et nous annonce lentement Urjotun. Si l’introduction de ce titre vous surprend, attendez les riffs Post-Rock teintés d’effets Electro qui suivent. On sent toujours la patte d’Enslaved, mais également d’autres influences. Flight of Thought and Memory renoue avec ces sonorités épiques et les bases Black Metal du combo. Le titre conserve toutefois les passages qui font la richesse du groupe en les intégrant avec brio. La partie finale permet de nous apaiser avant Storms of Utgard, un sublime morceau dont les harmoniques aériennes transporteront votre esprit avant de vous faire subir cette tornade de colère qui gronde au loin. Dernier titre, Distant Seasons nous offre une dernière échappée en douceur avec de calme tonalités Post-Metal avant que le groupe ne rende les armes.

Un album d’Enslaved est toujours une aventure, et Utgard ne fait pas exception à la règle. Le groupe allie un Black/Pagan guerrier à des influences Prog plus légères, permettant au groupe de développer cet univers si particulier.

80/100

English version?

One thought on “Review 298 : Enslaved – Utgard

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.