Review 331 : Nuclear – Murder of Crows

Peut-être que vous avez déjà entendu parler de Nuclear.

Créé au Chili en 1995 sous le nom de Escoria, le groupe change de nom en 2001 puis nous offre cinq albums de Thrash aux influences multiples. De nombreuses tournées forgent leur réputation à l’international, mais Punto Sudy (batterie), Francisco Haussmann (guitare), Matías Leonicio (chant), Sebastián Puente (guitare) et Roberto Soto (basse) redoublent d’efforts pour nous offrir Murder of Crows, ce cinquième album.

On débute avec Pitchblack et sa guitare au son clair mélancolique, qui se charge peu à peu de noirceur avant Murder of Crows. Premier constat, le son est aussi tranchant qu’entraînant ! La rythmique martiale permet au groupe de placer des sonorités inquiétantes et un chant solide tout en conservant les règles du Thrash Metal. Les riffs accélèrent, et la rage se ressent jusque dans les leads. Même constat pour No Light After All, un titre intransigeant qui sent bon l’Old School. La rythmique est agressive et permettra au combo de déchaîner les foules avec ce court titre. Retour dans les sonorités plus sombres avec When Water Thickens Blood, un morceau dont l’introduction nous plonge en plein film d’épouvante. Plus lent, plus lourd, mais surtout plus pesant, le morceau instaure toute une ambiance à lui seul, en particulier grâce à ce lead fantomatique. Avec Friendly Sociopathic, on repart dans cette violence pure, ce déferlement brut et cette frénésie que le groupe adore.
Abusados lie les sonorités Old School, la rage et les influences sombres pour un titre entêtant et qui pioche dans toutes les influences du groupe. Ces harmoniques vicieuses nous mènent à Misery Inc, un autre morceau intense et qui lancera les mouvements de foule lorsque les festivals reprendront. Les quelques choeurs donnent de la force à ce refrain, soutenu par un blast continu. On continue avec Facing Towards You, une composition inquiétante mais également perçante. Le mélange des deux facettes lui donne cette touche spéciale qui la rend très intéressante. Même constat pour Hatetrend, un titre qui laisse aisément transparaître la colère du groupe, dont ils se servent pour forger leurs riffs. Courte pause avec Blood to Spare, un sample angoissant et planant qui nous mène droit sur Useless to Mankind, le dernier morceau. Beaucoup plus long que les autres, le morceau nous offre une dernière dose de violence pure, couplé à un final au son clair apaisant, comme pour signer la fin d’une époque.

Nuclear était attendu avec Murder of Crows. La réputation du groupe est en pleine ascension grâce à leurs récentes performances en live, mais elle est loin d’être usurpée. L’album ravira les fans de Thrash, mais également ceux qui aiment les ambiances glauques.

75/100

English version?

One thought on “Review 331 : Nuclear – Murder of Crows

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.