Review 343 : Dark Tranquillity – Moment

Logo Dark Tranquillity

Pionniers du Death Mélodique Suédois, Dark Tranquillity revient avec un douzième album, intitulé Moment.

Depuis 1989 (sous le nom de Septic Broiler), Mikael Stanne (guitare de 1989 à 1993 puis chant, ex-Hammerfall) et Anders Jivarp (batterie) mènent la danse. Ils sont accompagnés de Martin Brändström (claviers), Anders Iwers (basse, Ceremonial Oath, Tiamat, ex-In Flames), et ont titularisé cette année les guitaristes Christopher Amott (ex-Arch Enemy, ex-Armageddon) et Johan Reinholdz (Andromeda, Nonexist), suite au départ de Niklas Sundin, qui a tout de même réalisé l’artwork, comme à son habitude. 

Les mélodies de Phantom Days nous capturent immédiatement dans l’univers du groupe. On retrouve ces harmoniques perçantes, cette rythmique à la fois aérienne et solide, et le timbre si particulier du vocaliste. Le titre passe trop vite, mais est suivi de Transient, une composition tout aussi épique qui pioche à la fois dans les racines du groupe, mais aussi dans leurs sonorités plus récentes. Le son emporte notre esprit, puis nous projette sur Identical To None, un morceau à la fois tranchant et planant. La base a beau être plutôt violente et brute, le groupe parvient à l’adoucir grâce aux autres éléments sans lui faire perdre de sa puissance. Les claviers de The Dark Unbroken nous ouvrent les portes de ce titre doux, et même lorsque la saturation nous rejoint la composition reste calme. Le chant clair du frontman reste toujours aussi impressionnant. Remain In The Unknown offre une touche mélancolique à cette base entraînante, que ce soit grâce à la voix ou aux leads, et on conserve une certaine touche de tristesse ambiante sur Standstill. Cette alchimie instantanée nous saisit, et ces sonorités nous hanteront jusqu’à la dernière seconde.
On revient dans les tonalités plus énergiques avec Ego Deception, tout en conservant une part de violence et des riffs aériens. La dualité vocale de Mikael Stanne accompagne à la perfection la rythmique, alors que des riffs sombres s’annoncent pour A Drawn Out Exist. Le morceau semble plus froid, plus majestueux, tout comme Eyes of the World et sa lenteur oppressante. Les deux titres ont beaucoup en commun, et nous permettent d’apprécier cette part noire du groupe, qu’ils développent à merveille. On retrouve cette énergie empreinte de sonorités aussi perçantes et mélodiques qu’entêtantes sur Failstate, un titre sur lequel il est aisé de se laisser aller au headbang. Lorsque les concerts reprendront, ce titre fera remuer une fosse entière, alors que les harmoniques d’Empire Lost in Time accompagneront vos mouvements de nuque. Les sonorités épiques font partie de l’identité du groupe depuis leurs débuts, et celles-ci leur vont à ravir avant le dernier morceau. In Truth Divided mélange les sonorités pesantes et sombres, avec une voix claire mélancolique et emplie de peine, pour une ballade finale qui nous laisse une seule envie. Recommencer l’aventure.

Dark Tranquillity a la capacité de surprendre encore et encore. Si Moment suit parfaitement les codes du style, il ajoute la touche des suédois, et on ne peut qu’adhérer à tant d’intensité, de puissance et de créativité.

95/100

English version?

One thought on “Review 343 : Dark Tranquillity – Moment

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.