Review 019 : Hate – Crusade Zero

Hate - Logo

Pour la troisième fois en peu de temps nous nous tournons vers la Pologne pour une entrevue avec la mort. Hate a été créé en 1990 (premièrement nommé Infected puis Somuchhate pour finalement s’appeler Hate en 1991) par le génie Adam « Adam The First Sinner » Buszko à Warsaw avec l’aide de Piotr « Mittloff » Kozieradzki et Marcin « Martin » Russek, qui finiront par quitter le groupe quelques années plus tard.

Lors de leurs débuts, quelques démos sortent pour finalement aboutir à un album en 1996. Le neuvième et dernier est celui sur lequel nous allons nous attarder ici, le magnifique Crusade:Zero. Véritable ode à la mort autant que manifeste anti-religieux, c’est à mon sens le meilleur album de Hate à ce jour (bien qu’Erebos et Solarflesh furent excellents).

Hate - Crusade Zero

Vox Dei (A Call From Beyond) et Lord, Make Me An Instrument Of Thy Wrath! seront non pas une, mais bien deux introductions, histoire de faire en sorte que l’attente soit insupportable. Si la première est uniquement composée d’orchestrations et samples, la deuxième fait intervenir les instruments du groupe (Adam et Konrad « Destroyer » Ramotowski pour les guitares, Pawel « Pavulon » Jaroszewicz pour la batterie, et Filip « Heinrich » Halucha pour la basse) jusqu’à l’arrivée de la première vraie chanson : Death Liberator.
En effet une sorte de libération, sous la violence des riffs du groupe. Des sonorités presque mystiques et rappelant celles de leurs confrères de Behemoth nous parviennent. La voix d’ATF Sinner reste d’une puissance sans pareil. Vient ensuite le mastodonte que l’on connaissait déjà à travers la lyrics vidéo, Leviathan. La puissance de ce titre est à peine descriptible. Véritable rouleau compresseur autant sur CD qu’en live, Hate sont de retour, et pour de bon. Que ce soit en terme d’atmosphères inquiétantes ou de déferlante de puissance, ils n’ont rien à envier à personne.
Doomsday Celebrities fera la part belle aux harmonies que le groupe maîtrise à merveille, avant de laisser place à Hate Is The Law. Même si le début de celle ci n’est pas très impressionnant, la suite vous fera rapidement changer d’avis. Après une petite partie lead bien sentie, la puissance est libérée et ravage tout sur son passage. Toujours pas convaincus ? On passe à Valley of The Darkness, pour laquelle un clip a été tourné. Comme la précédente, cette chanson prend des proportions monumentales dans les bonnes conditions.
Crusade: Zero fera monter le tempo d’un cran sans affecter la qualité de la composition. Bien au contraire, ce titre est l’un des plus accrocheurs du CD. Petite pause avec l’instrumentale The Omnipresence ou l’on baigne dans les samplers, avant d’enchainer avec Rise Omega The Consequence!. Nouvelle pépite ou le blast fait rage. La puissance et la justesse des musiciens est impressionnante, le tout avec une production soignée au possible. Mention au solo au milieu du titre qui est d’une beauté…
Dawn of War repartira sur les sonorités épiques avant de laisser place à une nouvelle instrumentale, Black Aura Debris. Nouvelle dose de samplers, mais plus inquiétants que les précédents. On se sent oppressés vers la fin, puis le silence fait place au titre bonus, The Reaping. Une nouvelle fois très rapide, le titre ne perd pas la lourdeur du son caractéristique au groupe.
Crusade:Zero montre un groupe en pleine apogée. Hate, bien que moins bien connu que les autres groupes Polonais, émerge notamment grâce aux nombreuses tournées qu’ils font avec d’autres groupes dont la notoriété n’est plus à prouver (Vader, Decapitated…). C’est avec plaisir que je me hâterais de revoir les polonais dès que possible, et vous devriez en faire autant. Le compte Facebook d’Adam indique également de nouvelles compositions. Comme on dit, « Wait and See ! »

 

 

English Version ?

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.