Review 132 : Churchburn – None Shall Live… The Hymns Of Misery

Churchburn - Logo

Alors que je pensais m’y connaître dans le domaine du Doom malsain et sale, j’ai découvert Churchburn totalement par hasard.

Créé en 2011 aux Etats-Unis par Dave Suzuki (guitare/chant, ex-Vital Remains) et Ray McCaffrey (batterie, Sin Of Angels, ex-Grief), le groupe réunit un premier line-up avec notamment Mike Cardoso (Haxen) à la basse et au chant et Kevin Curley (guitare), puis enregistre un premier EP en 2013. L’album suivra en 2014, puis Kevin Curley quitte le groupe en 2015. Il est immédiatement remplacé par Timmy St. Amour, et le groupe enregistre un split avec les anglais d’Opium Lord l’année suivante. En 2018, Mike est remplacé par Derek Moniz (Black Acid Prophecy) et None Shall Live… the Hymns of Misery, le deuxième album du groupe, sort. Faites face aux démons de l’ombre.

Churchburn - None Shall Live

Vexare, une longue introduction instrumentale, débute cet album. On y découvre un larsen et un sample oppressant avant que la rythmique lente et lancinante ne débute. Les riffs sombres emplissent l’air et il n’existe bientôt plus dans notre esprit que cette rythmique démoniaque qui s’éteint pour laisser la place à Lines Of Red. La première composition avec du chant est tout aussi hypnotique que la première, à la différence près que le chant agit comme une lame de rasoir, lacérant impunément ce long et merveilleux titre. La noirceur atteint son paroxysme lorsque les chanteurs hurlent à l’unisson par dessus la guitare lead avant que la rythmique ne nous retombe dessus. Même avec le solo, il est tout bonnement impossible d’apercevoir un quelconque trait de lumière. L’introduction de The Misery Hymns laisse entrevoir quelques secondes une composition plus calme, mais il n’en est rien : les riffs gras reprennent rapidement le dessus. Impossible de ne pas ressentir le poids de la misère que ce titre nous crache à la figure tant il est prenant. Mais le final flirte dangereusement avec des rythmes psychédéliques.
L’introduction d’Authorized To Cleanse laisse encore une fois penser que la chanson sera plus atmosphérique, et ce sera le cas. Si les instruments reviennent vite à une rythmique lourde qui avance lentement, la guitare lead au son aérien lui donne cet aspect positif, du moins jusqu’à la moitié du titre. Parce qu’ensuite, les américains déchaîneront l’apocalypse, tout comme sur Before The Inferno. Les premiers riffs sont inquiétants, et les saccades me font ressentir l’approche de la tempête qui gronde au loin. Ce titre un peu psychédélique et déstructuré me fait penser à du Mathcore, mais en plus sale évidemment. Le roulement de double pédale final amène à Relieved By Burning Lead et son sample introductif. Très calme voir même presque rassurant, il s’arrête soudainement avec un coup de feu pour que des percussions tribales introduisent le reste des riffs impies du groupe, avec un son de guitare lead qui inspire la pitié autant que la rythmique inspire la haine la plus pure. Cette déchirante composition terminée, c’est Kaustos, le dernier morceau, qui commence. Une fois de plus, l’introduction intrigue, dérange, fait réfléchir, et la rythmique s’abat d’un seul coup sur nous, implacable et froide. Cette instrumentale déchirante se termine sur des hurlements de terreur qui ne peut indiquer rien d’autre que la désolation totale avant de s’éteindre pour de bon.

 

Churchburn a réussi à créer avec None Shall Live… The Hymns Of Misery une véritable purge à sentiments. L’album s’écoute d’une seule traite et la sensation dérangeante que l’on ressent dès les premières secondes ne sort pas de votre esprit tant qu’il n’est pas terminé. En voyant l’impression folle que m’a laissé ce rejeton de l’enfer, je n’ai plus qu’une seule question : qu’en est il de la performance live ?

English Version?

Une réponse sur « Review 132 : Churchburn – None Shall Live… The Hymns Of Misery »

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.