Interview : Christopher Mansbridge – Heart Of A Coward

Heart Of A Coward

Pour la sortie de leur nouvel album, The Disconnect, Chris Mansbridge, batteur d’Heart Of A Coward a pris un peu de temps pour répondre à mes questions.

Heart Of A Coward :
Kaan Tasan – Chant
Carl Ayres – Guitare
Steve Haycock – Guitare & chœurs
Vishal Khetia – Basse
Chris Mansbridge – Batterie

Chronique de The Disconnect

Merci à toi Chris pour ton temps, comment décrirais-tu le son d’Heart Of A Coward ?
Chris Mansbridge: Un mélange de violente lourdeur, de paysages sonores épiques et de mélodies envoûtantes.

The Disconnect, le quatrième album du groupe, est sur le point de sortir, comment est-ce que tu te sens à ce propos ?
Chris: On est tous extrêmement fiers de cet album. A a demandé énormément d’organisation et de longues heures de mise en place, mais on l’a fait. Ecrire et sortir un album est un gros engagement, donc il y avait évidemment une place pour le doute dans le fait qu’on allait refaire tout ce processus ensemble pour la quatrième fois, mais on est vraiment contents de l’avoir fait. Ca nous fait prendre un nouveau départ, et on a hâte de jouer ces nouveaux morceaux en concert.

L’an dernier, Kaan Tasan a rejoint le groupe, remplaçant Jamie Graham, qu’est ce que ça fait de travailler avec lui ? Est-ce que le processus de création musical a changé depuis que Kaan est avec vous ?
Chris : On a tous participé à cet album. Il y avait un peu plus de pression parce qu’on savait que cet album devait vraiment surpasser notre niveau, mais on s’est finalement très bien sentis en studio, et on a laissé les idées aller et venir. On a été capable de décomposer des morceaux entiers et de repartir du squelette, explorer différentes options à la fois instrumentalement et vocalement. C’est vraiment super de voir à quel point tout se conjugue ensemble.

Le morceau Return To Dust est vraiment différent des autres, est-ce qu’il a une histoire particulière?
Chris: Ce morceau dépeint la sensation que l’on ressent parfois en se rendant compte d’à quel point certaines choses peuvent être inutiles et futiles. Tu peux poursuivre tes rêves et chercher des réponses toute ta vie, mais à la fin, on a tous la même destinée.

Qu’est ce qui vous inspire pour composer de la musique et écrire des paroles ? Et plus particulièrement pour cet album ?
Chris: C’est quelque chose que l’on se sent tous obligés de faire. On partage la même vision quand on parle de ce qu’on veut être en tant que groupe, et on a tous besoin de sorties créatives dans notre vie. C’est un échappatoire à tout ce bruit ambiant et toutes ces conneries qui se passent autour de nous, et j’en viens à penser que ce sont ces conneries qui nous inspirent pour créer notre musique. Comme une sorte de gros “va te faire foutre” à tout.

Est-ce que l’on peut espérer une tournée pour promouvoir The Disconnect ?
Chris : Oui ! Le cycle de cet album débute officiellement le 4 juin sous la forme d’une tournée anglaise, et on va annoncer d’autres choses prochainement.

Heart Of A Coward - The Disconnect

Parlons un peu de l’artwork, pourquoi est-ce que le logo du groupe est souillé ? Qu’est-ce que ça symbolise ?
Chris : L’emblème se dresse ici comme s’il faisait partie d’une oeuvre d’art, ça suinte d’une matière noire, une substance toxique. Je pense qu’on peut dire que ça symbolise toute la négativité, mais une fois encore la substance noire peut également envelopper l’emblème, c’est toi qui décide ce que tu y vois.

Tu avais déclaré que “The Disconnect fait référence à un sentiment de total manque de contrôle sur ce qui t’entoure et le pouvoir de contrôler ta vie”. Comment penses tu que les gens peuvent faire face à une situation de ce genre et reprendre le contrôle ?
Chris : Je pense que c’est principalement par le fait de vivre selon tes propres règles, être honnête et vrai envers soi-même. Entoure toi de gens qui te rendent heureux, et abandonne tout ce qui te tirent vers le bas.

Une question un peu plus “politique” à présent, comment est-ce que le Brexit affecte les ambitions d’un groupe qui voudrait tourner à l’international ?
Chris : On emmerde le Brexit. Personne ici n’a voté pour ça, personne n’en veut et on en a marre d’en parler. On peut juste espérer que nos politiciens vont commencer à nous écouter et y mettre fin.

Qu’est ce qui est le plus important pour toi, un riff épique et atmosphérique ou une partie rythmique lourde ?
Chris : Tu ne peux pas avoir l’un sans l’autre dans ce groupe. Tout notre concept est basé sur les deux éléments qui fonctionnent ensemble en harmonie.

Heart Of A Coward a ouvert pour beaucoup de groupes importants, mais qui sont vos principales influences ? Pour toi personnellement, ainsi que pour le groupe.
Chris : Si je devais les lister, je dirais Deftones, Meshuggah, Cult Of Luna et Slipknot. Mais ne me fait pas dire ce que je n’ai pas dit, nous avons tous des goûts extrêmement variés en matière de musique: Hip-Hop, Blues, Death Metal, littéralement de tout.

Quels sont le meilleur et le pire souvenir de tournée qui te viennent en tête ?
Chris: C’était probablement la fois où on était en Russie, on devait prendre un train de nuit de St Petersbourg jusqu’à Moscou. Quelque chose avait merdé dans l’organisation et on a du voyager en 3e classe, qui est littéralement un endroit rempli de gens bizarres et lits étroits. On a pas dormi de la nuit. Un de nos souvenirs préférés a été de jouer au Download Festival en 2013, la tente était pleine à craquer, et l’énergie dans l’air était indescriptible, c’était un show incroyable, comme être sous drogue.


Pourquoi as-tu choisi de faire du Metal en tant que professionnel ?
Chris: Le Metal nous a choisis. C’était simplement les cercles d’amis dans lesquels on est tombés quand on était enfants qui nous ont menés au point où on en est. Mais ce n’est pourtant pas notre profession.

Quel est le tout premier album de Metal que tu aies eu ? Que ce soit toi qui l’ait acheté ou qu’on te l’ait offert.
Chris: C’était une cassette d’Iron Maiden Live At Donnington. Je devais avoir environ 12 ans et je l’écoutais en permanence.

Quelle est la plus folle preuve de dévouement dont un fan ait fait preuve envers le groupe ?
Chris: Les gens qui ont notre logo tatoués sur eux. Je suis époustouflé à chaque fois.

Imagine que tu es tour manager, et également musicien, tu peux choisir trois groupes avec qui tourner. Qui choisis-tu ?
Chris : Deftones, Meshuggah et Cult Of Luna.

Je te laisse le mot de la fin, merci encore pour ton temps!
Chris: Fuck yeah.

English Version?

Publicités

Une réponse sur « Interview : Christopher Mansbridge – Heart Of A Coward »

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.