Review 171 : Theoptia – Horeb

Récemment découvert, l’univers de Theoptia est très particulier.

Créé en 2014 en Suisse par Emanuel Strebel (également guitariste/chanteur de Morijah), l’homme se charge de l’écriture, de la composition et de l’enregistrement de l’intégralité d’Horeb, son premier album. Le maître à penser a pris trois années pour composer ces neuf titres de Death Metal aux sonorités et thèmes sombres, comme le suicide ou les personnages bibliques. Ça vous intrigue ? Moi aussi.

Dès les premières notes, on sent que le Death Metal de Theoptia n’est pas ordinaire. Les influences Techniques et Progressive côtoient des ambiances dépaysantes sur Desert et Get Up, avant de rencontrer une rythmique plus massive. Les hurlements du musicien viennent également renforcer un mélange assez diversifié. On notera également des passages plus lents, lourds et dissonants sur Forty, un morceau qui pioche des éléments de Post-Metal pour revenir sur des riffs massifs. Des passages groovy sont également à prévoir sur ce titre entrainant, ainsi que des leads perçants. Après un break calme et ambiant, la rythmique revient avant de nous lâcher sur The Only Survivor. A nouveau le titre est composé d’éléments de plusieurs styles pour une diversité intéressante, et l’intensité est présente.
Silence vient briser le rythme de la violence avec un titre au son lent et doux, mais on repart bien vite sur des riffs enragés après le sample introductif de Storm. La rythmique est solide, les hurlements sonnent Old School, mais des claviers modernes viennent contraster cette impression. Le final est également très différent du reste du morceau, mais permet de faire une réelle cassure avant Quake, un autre titre ravageur. Probablement le plus lourd de l’album, et qui met à l’épreuve le talent du musicien avec un mélange alambiqué de sonorités. Fire est un morceau oppressant et plus sombre, mais qui reste sur une rythmique massive et efficace pour accompagner la guitare lead, alors que le dernier morceau, A Gentle Whisper, vient conclure cet album avec une touche aérienne et mystique. Une guitare enchanteresse nous porte jusqu’au dernier moment pendant qu’un sample nous hypnotise pour la dernière fois.

Même s’il est axé sur un Death Technique/Progressif, Horeb n’est pas un album comme les autres. Il permet à Theoptia de poser la première pierre de son histoire, et de définir son propre style qui mêle des influences diverses et complémentaires. Parfois surprenant, parfois entraînant, le son nous fait voyager.

75/100

English Version?

One thought on “Review 171 : Theoptia – Horeb

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.