Interview: Wolfheart

Pour la sortie de Wolves of Karelia, Tuomas Saukkonen (chant/guitare) de Wolfheart a répondu à quelques unes de mes questions par e-mail.

Crédits photo promo : Valtteri Hirvonen
Merci à Napalm Records et HIM Media
English Version?

Bonjour et merci beaucoup de prendre un peu de temps afin de répondre à mes questions. Wolfheart a été créé en tant que projet solo en 2013 puis a évolué en groupe. Est-ce que le processus de composition a beaucoup évolué?
Tuomas Saukkonen (chant/guitare) : Pas vraiment. J’ai toujours écrit au moins 90% de chaque album, et pour le dernier j’ai écrit 100% de la musique comme je l’avais fait pour le premier album en 2013. Bien sûr, les autres membres ajoutent leur propre touche à la musique en studio.

Je viens juste de terminer ma chronique de Wolves of Karelia, qui est un album incroyable. Pourrais-tu nous expliquer ce que le nom signifie pour toi ? Est-ce que c’est important pour toi de parler de la Carélie, votre région d’origine ?
Tuomas : La région d’origine est toujours importante pour les finnois. Je suis né et j’ai été élevé en Carélie donc j’ai cette connexion avec mon histoire personnelle, et mon foyer également. Le nom de l’album signifie les soldats qui se sont battus pendant la Guerre d’Hiver entre la Finlande et la Russie en 1939-1940. Beaucoup de batailles se sont déroulées dans mon pays natal, la Carélie.

C’est mon impression personnelle, mais je pense que cet album est plus diversifié que les précédents. Certains morceaux sont clairement doux comme Horizon on Fire, alors que d’autres sont très lourds comme Reaper, est-ce que tu as pensé à créer des différences entre les morceaux ? Est-ce que c’est l’essence de ce que tu définis comme “Winter Metal” ?
Tuomas : L’hiver est plein de contraste donc le “Winter Metal” doit l’être également. Chaque morceau est une histoire différente de la guerre avec des paroles basées sur les histoires des vétérans donc chaque morceau suit également l’humeur des paroles. Seul le dernier titre Ashes a été intentionnellement écrit pour être très lent et épique puisque c’était le dernier jour de la guerre au niveau des paroles.

Il y a un titre instrumental dans Wolves of Karelia, appelé Eye of the Storm, qui est aussi un morceau en son clair. Pourquoi avoir choisi de le composer ainsi ?
Tuomas : Je voulais qu’il y ait un moment de répit au centre de l’album. Trop de lourdeur peut faire perdre de sa puissance. Je suis partisan du fait de mettre des contrastes forts dans la construction musicale. Il y avait également beaucoup de mentions dans les histoires des vétérans, à propos de différents types événements nommés “le cœur de la tempête” (“eye of the storm” en anglais, ndlr) dans la bataille, alors j’ai voulu écrire à ce sujet dans l’album.

Est-ce que tu es confiant à propos de la réaction des gens concernant Wolves of Karelia ?
Tuomas : Je le suis. En fait, je serais confiant à propos de cet album peu importe ce qu’en diraient les gens :). Quand tu as donné le meilleur de toi-même, tu le sais au fond de toi.

Chaque membre du groupe est également dans d’autres projets musicaux. Est-ce que c’est facile pour toi de tout prévoir ?
Tuomas : On gère ça plutôt facilement pour le moment. Il y a quelques musiciens de session en qui on a confiance et à qui nous pouvons faire appel si les membres du groupe ne sont pas disponibles pour faire une tournée, des festivals, etc… Donc on peut être flexibles dans chaque direction. On connaît d’habitude les concerts de Wolfheart des mois à l’avance et les tournées plus longues six mois avant, alors nous avons tout le temps de nous organiser.

Vous vous êtes récemment séparés de Mika Lammassaari, et à présent Vagelis Karzis est officiellement membre permanent du groupe. Comment cette collaboration est arrivée ?
Tuomas : J’ai fais la connaissance de Vagelis lorsqu’il était encore dans Rotting Christ et j’ai été ébloui. Nous avons demandé à Vagelis de nous rejoindre en tant que guitariste live de session pour la tournée de l’été 2019 et notre alchimie a merveilleusement bien fonctionné, il est vraiment excellent sur scène. Nous avons également des amis mutuels à Athènes donc j’ai eu très tôt de très bonnes recommandations le concernant.

Est-ce que ce n’est pas difficile d’avoir un membre qui vit dans un autre pays ?
Tuomas : Pas vraiment. Notre guitariste soliste précédent était de Finlande du Nord et il devait prendre l’avion pour les répétitions et les concerts, donc à présent ça ne représente que deux heures de plus d’avion pour Vagelis. Bien sûr vu qu’en ce moment les voyages à travers l’Europe sont interdits et qu’il n’y a pas d’avions qui viennent de Grèce ce serait plus sympa de vivre dans le même pays mais dans dans des circonstances normales ce ne serait pas un problème du tout.

Pour moi, le Death Mélodique Finlandais a sa propre signature sonore par rapport au Death Mélodique Américain ou Suédois. Il est plus majestueux, froid. Est-ce que tu penses la même chose ?
Tuomas : Je le pense aussi. Je pense que c’est la nature et le long hiver qui apporte cette sensation nordique au Metal Finnois. Il y a également une grande quantité de mélancolie dans le Metal Finnois. Je pense qu’on est simplement des gens tristes et sombres. 🙂

Qu’est-ce qui t’a amené à jouer du Death Mélodique ?
Tuomas : Mon voisin était le chanteur du seul groupe de Death Metal dans le petit village dans lequel j’ai grandi et on m’a fait découvrir le Death Metal à un très jeune âge. 🙂

Hellfest - Wolfheart - 21

Tuomas Saukkonen au Hellfest Open Air 2019
Crédits photo : Acta Infernalis
Galerie Hellfest / Galerie Paris

L’an dernier, vous avez tourné en Europe avec Carach Angren, Thy Antichrist et Nevalra, dont quelques concerts en festival. Pour moi, c’était la quatrième (à Paris) et cinquième (au Hellfest) fois que je vous voyais. Comment s’est passé le Hellfest pour toi ?
Tuomas : Le Hellfest était génial. J’avais eu de super échos à propos du festival, mai j’étais quand même impressionné. Vraiment l’un des meilleurs festivals en Europe. Et notre concert était vraiment bien avec un super public.

Comment s’est passé la tournée ? Est-ce que as des souvenirs que tu voudrais nous partager ?
Tuomas : C’était une très bonne tournée, mais elle était également un peu chargée. Six semaines de tournée avec un bus qui a eu de gros soucis d’air conditionné, donc il faisait la plupart du temps super chaud. Nous les finnois adorons le sauna mais c’était quand même un petit peu trop.

Je sais qu’à cause du virus votre tournée américaine a été annulée, mais est-ce que vous avez déjà des prévisions pour le futur ? En Amérique, Europe ou peut-être ailleurs ?
Tuomas : La tournée Devastation of the Nation a été reculée à février/mars 2021 donc nous pouvons toujours compter sur cette tournée. Nous avons également des festivals de programmés cet été mais j’ai peur que l’été entier sera annulé. Il y a aussi une tournée en tête d’affiche en préparation mais qui sait si les tournées pourront avoir lieu en 2020 alors on attend et on espère que tout ira pour le mieux.

Quel est le premier titre de Metal que tu aies écouté ? Et quel est celui qui t’ai fait penser “Je veux être musicien et créer un groupe” ?
Tuomas : Over The Hills And Far Away de Gary Moore. La mélodie de guitare épique et le passage au violon ont eu un énorme impact sur moi. Et le clip vidéo m’a époustouflé.

Pensais tu que ton aventure musicale te ferait devenir professionnel et durerait autant ?
Tuomas : Je n’ai jamais vraiment pensé à faire carrière dans la musique. Je travaille en tant que jardinier/paysagiste  depuis 25 ans maintenant, la musique n’a jamais été ma seule carrière. Je ne pense pas que l’une ou l’autre de ces carrières finisse bientôt.

Est-ce que tu as déjà reçu d’importantes preuves de dévouement de la part de tes fans avant ou après les concerts ? Ou des cadeaux ?
Tuomas : Des fois on me donne des fan arts vraiment cool. J’apprécie beaucoup. Je ne veux pas rentrer dans les détails vu que ce sont des cadeaux personnels mais il y en a des vraiment sympa et créatifs.

Qu’est-ce que tu rêverais de faire si tu n’étais pas musicien professionnel ?
Tuomas : Jardinier 🙂

Quel est la chanson que tu aurais aimé écrire ? Un titre iconique ou plus personnel.
Tuomas : Hmmm… Tout ce à quoi je pense c’est le prochain titre de Wolfheart que je vais écrire, peu importe ce qu’il soit.

Dernière question : imagine que tu puisses tourner à travers le monde entier avec trois autres groupes, qui choisirais tu ?
Tuomas : Pantera, At The Gates et Dissection. Un scénario un peu improbable puisque deux des trois sont enterrés.

Merci beaucoup pour ton temps et pour ta musique ! Je te laisse conclure cette interview avec quelques mots pour tes fans français, longue vie à Wolfheart !
Tuomas : Restez chez vous tranquillement 🙂

One thought on “Interview: Wolfheart

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.