Review 195: Monumentum Damnati – In the Tomb of a Forgotten King

La musique n’a que faire des frontières, et Monumentum Damnati nous le prouve.

Entre Europe de l’Est et Etats-Unis, Abhoth (composition/paroles/basse), Nyarlathotep (batterie), Shoggoth (guitare), Athame (claviers, Krumka?) et Thanatos (chant) fondent le groupe en 2018. Ils sont rejoints par Rapsidis (guitare) l’année d’après et travaillent sur In the Tomb of a Forgotten King, un premier album ancré dans le Doom/Death Mélodique. On notera également la participation de Mikhail Stefanovich (chant, Beyond The Darkness) sur quelques morceaux. 

The Shining est le premier morceau. Une courte introduction instrumentale, mais qui révèle les influences de la formation et nous amène à la puissante My Bloody JJ. Si le morceau commence avec des sons majestueux, la toute-puissance du Doom/Death nous écrase rapidement, de même que ces hurlements bestiaux. Mais la violence est loin d’être le seul atout de la formation, alors c’est entre harmoniques aériennes, mélodies mélancoliques et samples mystiques que le morceau continue. There’s No Place for Life est la suivante, et c’est un clavier empli de tristesse qui ouvre cette lente et lancinante composition. Le son accompagne parfaitement les hurlements du chanteur, que ce soit cette rythmique qui s’éteint avant de resurgir ou la guitare lead perçante. L’angoissante Anabiosis prend la suite, avec un sample de gouttes d’eau qui tombe. Les influences Gothiques du groupe se mêlent aux riffs de ce morceau entraînant, et il est pour ainsi dire impossible de ne pas hocher la tête en rythme. Oppressante et cependant fascinante, la composition instaure une ambiance sombre qui ne s’éclaircit pas jusqu’à la fin.
In the Tomb of a Forgotten King, le titre éponyme, nous précipite également dans un univers particulier. Entre lenteur des parties en son clair et son plus virulent lors des moments saturés, le morceau est également très fédérateur. Infernal Sun nous tombe dessus tel un glacier, et sa rythmique imposante surmontée de quelques touches de clavier contribue grandement à entretenir cette aura tout au long du morceau. Dans le même esprit, Falling Snow est un titre très mélodique, mais qui semble à la fois plus accessible et plus contrasté. En effet, si les hurlements du chanteur sont très lourds, la rythmique est elle plus nuancée, et permet de lier les deux univers avec aisance. Sleepless Anger joue également sur ce contraste entre les deux parties de l’univers du groupe. Des harmoniques mélodieuses se heurtent à une base rythmique puissante ainsi que des claviers ambiants qui ajoutent cette touche mystique. Le groupe referme son album avec Exorcist, un titre instrumental. Et même sans le chant, ce morceau est assez riche pour captiver, entre les claviers, les riffs, qu’ils soient clairs ou saturés, et surtout ces reprises truffées de leads.

Le premier album de Monumentum Damnati est une réussite. In the Tomb of a Forgotten King est à la fois riche et captivant, faisant suivre des morceaux puissants et chacun dotés d’une personnalité et d’une ambiance différente. J’espère pour ma part avoir la possibilité de me plonger à nouveau dans l’univers du groupe rapidement.

85/100

English Version?

One thought on “Review 195: Monumentum Damnati – In the Tomb of a Forgotten King

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.