Review 236 : Serene Dark – Enantiodromia

Renaissant sous une nouvelle entité, Serene Dark est prêt à faire déferler sa puissance sur le monde.

Créé au Canada sous le nom d’Endemise en 2005, on retrouve donc les frères Dale Sauve (guitare/chant, Dissentient) et David Sauve (batterie), mais aussi Alex Aksentyev (basse), Francesco Falsetto (chant, ex-Killitorous) et Graham Murphy (guitare, Ominous Eclipse). C’est donc Enantiodromia, le premier album sous ce nom, mais qui s’ajoute à trois précédentes sorties, que le groupe nous dévoile. 

Le premier contact avec la musique du groupe sera celle du sample introductif de Dualitatem. Il est sombre, prenant, mélancolique et laisse planer le doute. Les orchestrations prennent la suite, puis c’est une rythmique déchirante et intense qui nous frappe de plein fouet. Mêlant Black Metal martial, harmoniques hypnotiques délivrées par une guitare lead tranchante et de nouveau ces orchestrations puissantes, la musique du groupe fait mouche à chaque instant, nous offrant Of Serpentine Form et Where Time Drowns Still, deux morceaux violents mais sublimes. Les hurlements du vocaliste sont poignants, et ses cris sont parfois accompagnés de growls caverneux, ce qui crée un contraste saisissant qui séduit instantanément. Trance of Disintegration en est un exemple parfait, et le titre frappe à pleine puissance. Mais le groupe est également capable d’instaurer une ambiance angoissante comme sur le final de Dweller in the Void of The Spirit, enchaînant immédiatement avec le puissance brute et la lourdeur de Reflecting Envenomed. Des influences Gothiques majestueuses sont présentes pour Grieving the Distortion of Self, un titre instrumental accompagné d’un sample, puis le groupe repart dans le Black Metal imposant pour Malocchio. The Last Disciple of Dionysus joue à nouveau sur une lourdeur et une noirceur mêlées qui portent le chant au maximum de son potentiel. Dernier morceau, Onward, Burning, Radiance débute avec une voix samplée et un clavier mélancolique qui appellent à nouveau de Black Metal lancinant et massif du groupe pour une ultime fois.

En découvrant Serene Dark, je ne m’attendais pas à être autant surpris. Enantiodromia est un album à couper le souffle, qui manie aussi bien lourdeur, mélancolie et sons viscéraux tout en les mélangeant à la perfection. En changeant de nom, le groupe a donné vie à une nouvelle partie de son âme.

95/100

English version?

One thought on “Review 236 : Serene Dark – Enantiodromia

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.