Review 269 : Raven Throne – Viartannie (Chroniki Zmiainaj Ciemry)

Retour de Raven Throne avec un autre sombre méfait.

Créé en 2004 en Biélorussie, le groupe est aujourd’hui composé de Chernotur (guitare), membre fondateur, et de son acolyte War Head (basse/chant/programmation), accompagnés par Green Skin (batterie) et Zergved (chant) en live. Intitulé Viartannie (Chroniki Zmiainaj Ciemry), ce septième album assure la continuité du son de la formation.

Dès Zaklaccie, le premier morceau, on se sent oppressé. Et c’est sur cette ambiance pesante que le groupe développe un Post-Black teinté d’influences malsaines et de hurlements viscéraux, qui ne seront coupées que par des passages doux et planants. Le contraste est saisissant, et la mélodie finale fait flirter le groupe avec ses origines. On passe à Viartannie, un morceau plus brut mais tout aussi incisif. Ce mur de son s’abat avec une certaine quiétude sur l’auditeur, déversant son flot de noirceur. A l’inverse, Uladar Sciužy est un titre très agressif. Le chant participe évidemment à cette ambiance, mais les riffs sont beaucoup plus durs, plus tranchants.
Un son glacial et distant sévit sur Niabacnyja Nici Zimy, que ce soit en son clair ou saturé. Le chant est plus calme, bien qu’également effrayant, et c’est entre murmures et hurlements que la rythmique nous enveloppe avant Miortvaja Spadcyna. Plus agressive, la composition fait l’effet d’un ouragan, accompagné de quelques moments d’accalmie durant lesquels on perçoit tout de même les vents violents au loin. A mi-chemin entre une invocation mystique et une atmosphère torturée, Spyni serca Vosieni captive instantanément. La rythmique est entêtante, les leads hypnotiques et le chant qui se greffe dessus apporte une touche de noirceur supplémentaire avant le final. U daloniach zimy, le dernier morceau, offre à nouveau une touche planante et angoissante avant de déverser un riff sombre pénétrant. Les musiciens tissent lentement leur composition dissonante avant que le son s’éteigne dans le néant.

Sombre, prenant et hypnotique, Viartannie (Chroniki Zmiainaj Ciemry), est une réussite de plus pour Raven Throne. Bien qu’encore peu connu, l’univers du groupe est à la fois riche et captivant, ce qui en fait une valeur sûre de la scène Post-Black.

English version?

One thought on “Review 269 : Raven Throne – Viartannie (Chroniki Zmiainaj Ciemry)

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.