Review 303 : Aphonic Threnody – The Great Hatred

Prenez le temps d’apprécier les lentes mélodies d’Aphonic Threnody.

Né de l’union entre Riccardo V (guitare/basse, Dea Marica, Gallow God, Towards Atlantis Lights) et Roberto M (chant, Dea Marica, Urna), le groupe a subi des changements de line-up. Pour la sortie de The Great Hatred, le troisième album du groupe, Juan Escobar (claviers/chant/basse/guitare, Arrant Saudade, AstorVoltaires, Tetractys) et Riccardo ont composé et enregistré l’album. A noter que Justin Buller (guitare, In Oblivion) fait également partie du groupe depuis 2019.

Mêlant DoomDeath et Funeral Doom, Locura est un titre oppressant, dissonant et surtout très sombre. Bien qu’imposants, les hurlements du vocaliste sont également très plaintifs, se liant à merveille avec les harmoniques lancinantes des musiciens ou partant sur un chant clair rassurant. Le son est majestueux mais lourd, tout comme Interrogation, dont l’intrigante introduction ne vous laissera pas de marbre. Les riffs fantomatiques accompagnent des hurlements caverneux et une rythmique qui prend appui sur une basse omniprésente pour placer des leads perçants. Le son devient plus criard et plus sombre avant de disparaître dans le néant pour laisser place à The Great Hatred. Quelques murmures nous guident jusqu’à l’atmosphère écrasante de ce morceau, qui explosera majestueusement avant de laisser son intensité redescendre.
Drowning est également un morceau très prenant si vous êtes sensibles à ces sublimes harmoniques emplies de douleur, qui laissent facilement place au growl massif du vocaliste. Le titre est lent, mais nous offre un break en son clair avant que la saturation ne reprenne vie, nous guidant vers The Rise of the Phenix, le titre le plus long de l’album. A nouveau, le son mélange sonorités majestueuses, harmoniques mélodieuses, basse angoissante et discours inquiétant avant un final planant. The Fall, le dernier morceau, est celui sur lequel l’oppression et la mélancolie sont les plus forts, nous permettant de savourer une dernière fois la peine des musiciens avant de nous laisser en proie aux ténèbres.

L’univers d’Aphonic Threnody nous ouvre à nouveau ses portes, dévoilant une richesse sombre, glaciale et majestueuse. The Great Hatred est un album lancinant et planant, qui ne souffre d’aucune longueur malgré la durée de ses titres.

85/100

English version?

One thought on “Review 303 : Aphonic Threnody – The Great Hatred

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.