Review 310 : Distant – Dawn of Corruption

C’est de Rotterdam mais également de Bratislava que nous vient ce somptueux Distant, un groupe de Downtempo/Deathcore que vous allez ou appréciez déjà fortement.

Formé en 2014 par Alan Grnja (chant), Elmer Maurits (basse), Nouri Yetgin (guitare), Vladimir Golic (guitare), Eise Smit (guitare) et Jan Mato (batterie), le groupe nous sort le 23 Octobre leur sophomore intitulé Dawn of Corruption. Ce nouvel album, composé de six titres nous plonge dans une descente aux enfers sombre et violente.

On commence par ce titre introductif nommé Hull Of Crows, vous voilà plongés immédiatement dans une ambiance lourde et angoissante et également imbibé de l’univers de l’album avec sa sonorité forte et intense… C’est officiel, l’album commence avec Dawn of Corruption! Ce parfait featuring avec Jason Evans, chanteur d’Ingested, nous donne un morceau bien lourd et entraînant comme on les aimes. Entre rapidité et gras, cette chanson vous prendra aux tripes, mais attention, ne vous laissez pas enivrer par ces doux murmures car cela repartira lourdement pour revenir sur un calme avant la tempête… Vient ensuite Hellmouth qui nous plonge dans un rituel de possession avec une sonorité frappée, je vous le dis, ça va vous remuer l’estomac. Si vous aimez les breaks, cette chanson est faite pour vous. Entre transition de voix et une très bonne rythmique, le groupe a su également placer des ralentissements, mais aussi des sons étouffés et une légère mélodie en fond. Passons maintenant à Oedipism qui va littéralement vous arracher les yeux. Voici la musique la plus énergique de l’album, agressive dès le début, des altérations de voix pour finalement les superposer, des changements de rythme intenses, de bons solos de guitare et breakdowns de fou, honnêtement, j’hésite à confirmer si c’est vous même qui allez vous arracher les yeux tellement c’est bon ou alors si c’est votre cerveau qui fera sortir vos yeux dû à l’explosion. C’est malheureusement quasiment la fin avec Temple of Taglaroth, mesdames et messieurs cette guitare aux allures d’alarme va vous attirer, un son énergisant et entraînant, c’est en featuring avec Mendel Bij de Leij (ex-Aborted, ex-Oracles) que le groupe et lui même nous offre cet avant dernier morceau. Et c’est The Void qui clôture cet album, allez, détendez-vous, fermez les yeux et laissez-vous emporter par cette douce musique, mais ce sont encore des murmures qui vont vous réveiller. Il vous reste quelques secondes, ils vous envahissent l’esprit avant de vous lâcher de gros breaks. C’est la musique la plus lente et lourde de cet album qui nous satisfera de ce quart d’heure d’écoute.

Vous l’aurez compris, c’est un album à ne pas rater, après cette chronique aussi gore qu’une pochette d’album de Cannibal Corpse, des sons provenant tout droit des profondeurs, Distant nous offre un album court mais bien rempli avec de bonnes surprises, et si vous ne voulez pas attendre, vous avez d’ores et déjà le splendide clip d’Hellmouth qui est disponible!

95/100

Ecrit par Grindcoeur.

English version?

One thought on “Review 310 : Distant – Dawn of Corruption

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.