Review 419 : Almach – Battle of Tours

Nous ne savons rien d’Almanach. Ni l’histoire du groupe, ni l’identité des membres.

Le groupe déclare venir de Kaboul, en Afghanistan, mais rien n’est sûr. Pourtant, Battle of Tours, leur premier album, est là.

Le groupe propose six titres de Black Metal Atmosphérique, couplé à des sonorités épiques, illustrées par la Bataille de Poitiers en Octobre 732 du peintre français Charles de Steuben, nous indiquant une deuxième fois que c’est sur la guerre que la musique du groupe est basée, et plus précisément cette bataille (“Battle of Tours” signifie “La Bataille de Poitiers” en anglais).
Dès Abdul Rahman Al Ghafiqi, le premier titre, l’atmosphère envoûtante que le groupe nous présente s’assombrit. Elle devient oppressante, puis explose et laisse place aux riffs Black Metal, sans jamais négliger les cette ambiance majestueuse et épique. Des murmures rejoignent le champ de bataille tels une brume insaisissable, comme sur la glaciale Temple of Old Gods. Si les douces tonalités de l’introduction peuvent sembler rassurantes, elles seront contrastées par de la noirceur. A nouveau le chant passe en arrière plan, comme une illusion, pendant que la rythmique et les tonalités orientales font leur œuvre, tout comme sur Sons of Umayya. Les amateurs de culture orientale auront reconnu la référence de ce morceau, sur lequel on retrouve également un chant féminin envoûtant, puis des moments d’accalmie bienveillante, qui sont entrecoupés de riffs épiques. Yamr?, le titre suivant, se repose sur les tonalités ambiantes pour quelques minutes de douceur apaisante avant le retour des guerriers sur Battle Of Tours et son sample introductif martial qui nous projette au cœur de la bataille. A nouveau, l’oppression est de plus en plus forte, comptant autant sur les riffs Black Metal que sur ces sonorités ambiantes, et ces éclats de voix pour un paysage musical incroyable. Blood Brother, le dernier morceau, se pare d’une certaine mélancolie et d’une tristesse palpable afin de refermer l’album comme il se doit.

Almach sort de nulle part, et vient nous enchanter grâce à son univers richissime. L’aventure que propose Battle of Tours mêle parfaitement un Black Metal glacial avec des influences entraînantes, dépaysantes, entêtantes et lointaines, qui nous donnent envie d’évasion.

90/100

English version?

One thought on “Review 419 : Almach – Battle of Tours

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.