Review 432 : Scarred – Scarred

Scarred déborde à nouveau d’énergie.

Créé en 2003 par Diogo Bastos (guitare, ex-Abstract Rapture, anciennement live pour Satyricon et Carach Angren) et Laurent Kessel (batterie) au Luxembourg, le line-up est actuellement complété par Bertrand « Troll » Pinna (basse), Vincent Wilquin (guitare, Fractal Universe, Dehumanize) et Yann Dalscheid (chant) pour la sortie de Scarred, leur troisième album, chez Klonosphere.

Pour cet album, Scarred a sorti le grand jeu : Patrick Damiani (Carach Angren, Falkenbach, Secrets of the Moon…) et son TidalWave Studio pour l’enregistrement et le mix, Robin Schmidt (Carach Angren, DeVicious, Falkenbach, Leprous, Powerwolf…) au mastering et une illustration de Drazen Medakovic, qui les suit depuis l’album précédent.
On retrouve donc cette base de Death Metal puissant, ce Groove entraînant, ces hurlements de rage, cette douce voix claire, mais également ces touches Atmosphériques, Symphoniques et des passages techniques que le groupe parvient une fois de plus à caler dans ses rythmiques. Après une courte introduction, l’album est lancé, et plus rien ne les arrête. Si Mirage est une excellente ouverture pour pénétrer en force dans l’univers du groupe, A.D…Something et Chupacabra nous offrent une bonne dose de leur folie créative, mêlant des harmoniques chaotiques et groovy avec une rythmique imposante. Le groupe calme le jeu avec Prisms avant de nous dévoiler des influences plus entraînantes et Heavy avec Merry-Go-Round et Nothing Instead. Les ambiances Prog et alambiquées sont à l’honneur pour l’instrumentale In Silent Darkness alors que A.H.A.I.A. est un morceau plus sombre et énigmatique, surtout sur cette partie finale. Lua vient à nouveau apaiser les esprits avant de laisser Dance Of The Giants nous exploser au visage avec ce groove écrasant, complété par des chœurs en chant clair. A nouveau, le groupe mélange ses influences jusqu’au final planant, puis c’est Petrichor, un morceau qui assume pleinement ce son Prog et Mélodique, qui frappe. La majorité du morceau utilise du chant clair, chose assez inhabituelle. C’est la douce Yours Truly qui referme l’album, proposant des sonorités épiques avant de s’éteindre.

Scarred a énormément progressé. L’attente pour Scarred est plus que récompensée, au vu du mélange incroyable de styles aussi différents que complémentaires que le groupe nous propose. 

90/100

English version?

2 thoughts on “Review 432 : Scarred – Scarred

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.