Review 494 : Korpse – Insufferable Violence

J’espère que vous êtes reposés et prêts à accueillir l’album de Korpse.

Créé en 2013 aux Pays-Bas, le groupe a pour crédo la violence pure. Composé de Sven van Dijk (chant, Visionary666, ex-Dictated), Marten van Kruijssen (batterie, Cliteater, ex-Dictated), Floor van Kuijk (guitare, Carnifloor, Scorbutus, ex-Fermented Masturbation) et Robin van Rijswijk (basse, Cadaverous), le groupe nous présente Insufferable Violence, son troisième album.

L’album démarre avec PTSD, un sample sur lequel le groupe nous propose déjà une rythmique pachydermique et entraînante dans la tradition du Slam Death, puis c’est Insufferable Violence qui prend la suite, faisant entrer les hurlements du chanteur pour compléter ce tableau ultra-violent. Impossible de résister à ce raz-de-marée surpuissant, l’envie de mosher est trop forte tout comme sur Disposable Underaged Objects, un morceau qui devient de plus en plus lourd et écrasant pour arriver sur ce final sismique avant d’enchaîner avec Self Preservation. Le groupe ne s’arrête que pour repartir de plus belle avec des riffs toujours plus violents, malsains et sous-accordés. Une pause ? Bien sûr que non, c’est A Final Lesson qui prend la suite avec une lourdeur toujours plus intense, complétée par ces harmoniques rapides et tranchantes. Un sample nous lâche finalement sur une moshpart qui nous fera danser les deux pieds en avant, tout comme Genocidal Bloodbath, un titre rapide et tout aussi incisif qui promet des mouvements de foule incontrôlables. Le groupe continue de semer le chaos avec Calloussness qui ne change en aucun point la recette épaisse et assommante du groupe, tout comme la sombre Vital Transaction et ses influences Old School grasses. Ce son de caisse claire est tout bonnement divin, et m’a rappelé les débuts de ce style imposant, alors que Molestation Condonation revient dans ces tonalités modernes, forgées dans une rage dansante et une lourdeur étourdissante. Profitez du répit que vous offre Epochs of Melancholy, un titre instrumental aux tonalités oppressantes Old School avant de vous jeter à nouveau dans une fosse transpirante avec Now You’ve Got Something To Die For, une reprise de Lamb of God. Si le morceau était déjà bien énervé à la base, le groupe l’a transformé en hymne à la violence pure.

Avec Insufferable Violence, Korpse n’a pas changé de recette. Mais pourquoi le feraient-ils ? Leur Brutal Slam est l’un des plus gras et violent qui existe, et le groupe se hisse peu à peu dans le haut du panier du style !

95/100

English version?

One thought on “Review 494 : Korpse – Insufferable Violence

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.