Review 524 : Rob Zombie – The Lunar Injection Kool Aid Eclipse Conspiracy

Logo Rob Zombie

Le maître de l’Horreur Rob Zombie est de retour.

Cinq ans après son dernier album, Rob Zombie (chant, ex-White Zombie) est toujours accompagné de John 5 (guitare, ex-Marilyn Manson, ex-2wo), Piggy D. (basse, The Haxans, ex-Amen, ex-Wednesday 13) et Ginger Fish (batterie, ex-Marilyn Manson) pour The Lunar Injection Kool Aid Eclipse Conspiracy, son septième album solo.

Peu importe ce que vous attendez de ce nouvel album du sieur Zombie, vous l’aurez forcément dans l’un ou l’autre de ces dix-sept titres dont les noms semblent parfois directement sortis de films d’épouvante. Entrecoupés par quelques interludes samplées tirées tout droit du cinéma, on retrouve la lourde et prenante The Triumph of King Freak (A Crypt of Preservation and Superstition) ou encore l’engageante The Ballad of Sleazy Rider sur laquelle la voix du chanteur fait des merveilles, soutenue par une rythmique des plus efficaces. Shadow of the Cemetery Man nous offre un compromis entre un Indus propre au groupe et des influences plus orientées Rock avant de revenir dans des tonalités étranges sur A Brief Static Hum and Then the Radio Blared, puis 18th Century Cannibals, Excitable Morlocks and a One-Way Ticket on the Ghost Train, un titre où une Country enjouée rencontre l’univers de Rob Zombie.
The Eternal Struggles of the Howling Man repart dans les tons inquiétants et l’énergie communicative, puis c’est la mélancolie qui s’invite sur The Much Talked of Metamorphosis avant la courte et entraînante The Satanic Rites of Blacula. Une nouvelle pause puis Shake Your Ass-Smoke Your Grass nous fera remuer la tête en attendant de retrouver la scène pour vraiment se lâcher. La noirceur et les tonalités inquiétantes reviennent sur l’hypnotique et étouffante Boom-Boom-Boom, un titre assez étrange mais fascinant et rempli d’harmoniques planantes, puis on reprend son souffle avant Get Loose. Le morceau est une véritable boule d’énergie aux influences diverses qui permettra aux musiciens et au public de s’amuser ensemble, mais on touche déjà à la fin de l’album. The Serenity of Witches nous propose une courte balade au son doux avant Crow Killer Blues, le dernier morceau et son introduction vampirique. Groove, entrain et passages fédérateurs sont bien évidemment au rendez-vous pour refermer l’album . 

Rob Zombie et ses musiciens manient le groove comme personne, offrant avec The Lunar Injection Kool Aid Eclipse Conspiracy de quoi renouveler leur setlist. Assez diversifié et entraînant, l’album trouvera rapidement sa place parmi les classiques !

80/100

English version?

One thought on “Review 524 : Rob Zombie – The Lunar Injection Kool Aid Eclipse Conspiracy

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.