Review 535 : Distant – Dusk of Anguish

Vous vous souvenez de Distant ? Ils sont de retour !

Alan Grnja (chant), Elmer Maurits (basse), Nouri Yetgin (guitare), Vladimir Golic (guitare), Eise Smit (guitare) et Jan Mato (batterie) sont prêts pour Dusk of Anguish, leur nouvel EP !

Depuis les Pays-Bas, le groupe nous propose un hybride de Downtempo, Deathcore, de Beatdown et de Slam Death pachydermique avec un seul et unique but : tout casser. Pendant vingt minutes, le groupe va nous asséner break après break, à commencer par The Offering, une introduction qui donne le ton. Graisse auditive, hargne viscérale et tempo lent se mélangent, puis nous lâchent sur Dust of Anguish, un titre oppressant en collaboration avec John Robert C (The Last Ten Seconds Of Life). Entre cette rythmique épaisse et ces deux types de hurlements, le groupe manie la violence à la perfection ! The Eternal Lament vient finalement nous hanter en offrant des moshparts en continu, notamment grâce à cette basse ultra-lourde, mais quelques harmoniques perçantes rejoignent parfois le mélange avant Cryogenesis, un titre sur lequel on peut entendre Lochie Keogh (Alphawolf). Très axé sur un Hardcore/Beatdown extrêment motivant, ce morceau malsain saura déchaîner une foule en live. On continue avec l’étouffante Graveborn, un morceau aux hurlements démoniaques. L’ambiance du titre est très pesante, et c’est une fois cette vague de noirceur passée que Ravka vient nous asséner le coup final. Le titre propose des tonalités entêtantes, dérangeantes, ravageuses et très efficaces, créant une sombre masse de puissance brute.

Distant ne quitte jamais la scène. Dusk of Anguish arrive très rapidement après le précédent EP, mais nous confirme que le groupe se hisse facilement au même niveau que les pointures du genre.

90/100

English version?

One thought on “Review 535 : Distant – Dusk of Anguish

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.