Review 538 : Bloodkill – Throne of Control

Prêts pour la nouvelle sensation Thrash avec Bloodkill ?

Créé en 2016 en Inde par Yash Wadkar (basse), le musicien s’entoure de Vishwas Shetty (guitare), Anirudh Gollapudi (chant), Shubham Khare (guitare) et Jay Patil (batterie) pour Throne of Control, leur premier album.

Le groupe demande à Gaurav Basu (aka Acid Toad, chanteur de Inner Sanctum) de leur faire un design à la fois actuel et Old School pour coller à leur image, et ils démarrent cet assaut par The Unveiling. Une introduction assez inquiétante et qui nous lance immédiatement sur Blindead Circus. Le groupe nous motive rapidement avec des riffs groovy qui puisent dans les racines du genre. Le son est tranchant et incite au headbang ou aux mouvements de foule, puis des leads très Heavy prennent le relais. On continue sur cette dynamique avec False Face, un titre plus direct qui tire toujours sur les leads pour développer cette approche agressive mais prenante, puis sur 3B, un morceau qui sent les années 80 à plein nez. Les amateurs de ce son lourd et tranchant vont adorer !
Unite and Conquer reprend cette rythmique martiale sur laquelle les harmoniques se déchaînent, tout en nous donnant envie de secouer la tête avec une bière à la main, Horrorscope nous propose des tonalités entêtantes et sombres avant de partir sur une vitesse plus agressive et des riffs vindicatifs. Un passage plus mélodique est à prévoir, puis une accélération avant For I am the Messiah, un titre très énervé et très groovy. La basse se fait plus présente, laissant aux guitares des parties criardes puis une explosion de violence finale avant Throne of Control, le dernier titre. La recette est la même, et elle date de quarante ans, mais elle est tellement énergique et entraînante qu’il est difficile de résister à cette rythmique remuante et à ces leads perçants.

Bloodkill nous offre un bond dans le passé. Throne of Control a beau être sorti en 2021, l’album aurait pu voir le jour pendant l’âge d’or du Thrash Metal tant il en est inspiré. Energie pure, leads perçants et rage sont au rendez-vous !

90/100

English version?

One thought on “Review 538 : Bloodkill – Throne of Control

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.