Review 609 : Kjeld – Ôfstân

Kjeld s’éveille à nouveau pour un deuxième album.

Intitulé Ôfstân, il marque également les dix-huit ans du groupe composé de Swerc (basse, Gheestenland, Lugubre), Fjildslach (batterie, Lugubre), Tsjuster (guitare, ex-Lugubre), Skier (chant, ex-As It Burns) et Bile (guitare).

L’album s’inscrit dans la continuité de l’œuvre de Kjeld, c’est-à-dire un son brut et dissonant, sur lequel des hurlements rauques prennent vie, entre diverses racines glaciales, aériennes et des influences Pagan. Pendant près d’une heure, le groupe va nous capturer dans son univers qui débute avec la rythmique majestueuse de Betsjoend. Ce premier titre est froid et tend à la fois vers des ambiances mystiques et vers un DSBM malsain, notamment au niveau du chant, puis De iensume widner viendra renforcer ces riffs Old School. Blast, chant imposant, puis des accents épiques se font sentir dans la solide Wylde rixt. Le titre est assez prenant, et exploite des aspects Pagan dans la rythmique, qui s’allient parfaitement avec ce son noir, puis c’est la longue Ôfstân qui prend la suite. Le groupe nous offre un orage de dissonance et de sonorités entêtantes avec cette composition, qui ne ralentit que pour dévoiler ce nuage envoûtant et dissonant avant que la tempête n’éclate à nouveau.
On retrouve les influences Pagan pour Asbran, un titre rapide et très brut, qui devient soudainement plus calme et entêtant, porté par quelques chœurs. L’ambiance est toujours assez sombre, tout comme sur Wite fokel, une composition majestueuse. Des tonalités épiques mais pesantes prennent possession de notre esprit, ajoutant des accents Prog inquiétants à la noirceur. Le titre nous laisse avec la douce introduction de Falske doop qui s’embrase soudainement pour nous laisser face à un mur d’agressivité glaciale. Des harmoniques perçantes rencontrent des choeurs oppressants, puis la violence refait surface jusqu’à la solide Skaad, une composition efficace et entraînante. Assez accessible, elle permet de lier les différents aspects de la musique mystique du groupe, puis Konfrontaasje renoue avec ces influences Pagan pour appuyer une dernière fois ces leads déchirants avant un final enchanteur.

Les multiples influences de Kjeld leur permettent de créer un univers sombre et diversifié. Ôfstân est un album dont toutes les facettes nous présentent une part de ténèbre, qui est contrastée par des passages parfois majestueux, parfois sauvages, mais toujours viscéraux.

90/100

English version?

One thought on “Review 609 : Kjeld – Ôfstân

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.