Review 673 : Sojourner – Perennial

Sojourner entame sa nouvelle ère avec Perennial, un EP de deux titres.

Après trois albums, Mike Lamb (guitare/claviers, Lysithea, ex-Cailleach), Emilio Crespo (chant, ex-Historian, ex-Nangilima) et Riccardo Floridia (batterie, Atlas Pain) ont dû faire face au départ de deux des membres du groupe. Mais Scotty Lodge (basse, Light Field Reverie), Tom O’Dell (guitare, Dwarrowdelf, Gimli, Son of Glóin) et Lucia Amelia Emmanueli (chant, Trewa) sont venus renforcer les rangs de la formation internationale.

Perennial est le premier des deux titres de l’EP. Le clavier et la flûte nous ouvrent lentement les portes de cette mélancolie épique, qui sera rapidement rejointe par la violence saisissante. On y découvre le chant de la nouvelle vocaliste, contrastant avec les hurlements et dévoilant cette nouvelle dualité intense que le groupe cultive. Les deux parties se tournent autour avant de se chevaucher pour une reprise onirique, qui laisse place à Relics of the Natural Realm, un morceau qui rappelle inévitablement Heritage of the Natural Realm, le tout premier titre du groupe, tout en proposant un mix beaucoup plus actuel. Les claviers offrent une base majestueuse à la chanteuse pour nous montrer l’étendue de son talent et nous enchanter, puis le groupe au complet vient alourdir cette mélancolie avant que le son ne s’éteigne dans le néant.

Avec cet EP, Sojourner nous prouve que le groupe est toujours actif, et bien déterminé à embellir la mélancolie. Perennial est très court, mais il va rassurer les fans et nous faire patienter avant leur prochain album.

90/100

English version?

2 thoughts on “Review 673 : Sojourner – Perennial

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.