Review 683 : Crypta – Echoes of the Soul

Crypta sort son premier album.

Créé en 2019 au Brésil suite au départ de Fernanda Lira (basse/chant) et Luana Dametto (batterie) de Nervosa, le duo recrute Sonia Anubis (guitare, Cobra Spell, ex-Burning Witches) et Tainá Bergamaschi (guitare, ex-Hagbard) pour Echoes of the Soul.

Alors que les fondatrices étaient surtout connues pour jouer du Thrash Metal, le groupe annonce se tourner vers le Death Metal. On le comprend très vite, que ce soit avec le mastering de Jens Bogren (Opeth, Dimmu Borgir, Sepultura…), le visuel de Wes Benscoter (Slayer, Kreator, Black Sabbath…) ou le son lugubre d’Awakening, l’introduction, qui nous jette sur Starvation, un titre brut et gras aux patterns Old School. Les hurlements de la chanteuse s’adapte parfaitement à ce style agressif, et les riffs tranchants restent très sombres, tout comme sur Possessed, un morceau qui laisse pleinement les guitares s’exprimer dès les premières secondes avant d’offrir une rythmique très solide, composée de blast et de parties lourdes. Le groupe propose ensuite des mélodies majestueuses sur Death Arcana qui se fondent parfaitement avec l’agressivité ambiante de ce morceau assez épique.
On continue sur Shadow Within, un morceau qui emprunte beaucoup au Black Metal et à son ambiance malsaine, surtout au niveau des leads, puis avec Under the Black Wings, une composition oppressante et pesante. La rythmique est très lourde, et elle permet au groupe de nous écraser sans compter sur la rapidité avant Kali et ses riffs effrénés qui sentent la mort. Le groupe a parfaitement intégré les codes du Death Old School, et Blood Stained Heritage nous le confirme à nouveau avec cette agressivité permanente et cette rage viscérale qui habite chaque note. La fin de l’album se dessine avec Dark Night of the Soul, un titre très mystique et angoissant qui sera rapidement conquis par des riffs morbides avant From the Ashes, le très lourd dernier titre. Quelques passages plus techniques se frayent un chemin à travers la violence continue de ce morceau, qui finira par s’éteindre après une rythmique accrocheuse.

Les riffs morbides de Crypta vont réveiller les morts. Echoes of the Soul a beau piocher dans les sonorités Old School du Death Metal, il n’hésite pas à créer ambiance après ambiance pour accueillir les morceaux accrocheurs et efficaces du groupe.

90/100

English version?

One thought on “Review 683 : Crypta – Echoes of the Soul

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.