Review 705 : Eonian – The Nomad

Assistons ensemble à la naissance d’Eonian.

Créé par Jaume Antuñano (guitare/paroles) en Espagne en 2020, le groupe recrute des musiciens dans différents pays pour la sortie de The Nomad, son premier EP, dans un large registre de Metal Symphonique extrême.

Le line-up est complété par Freddy Ortscheid (batterie, ex-Entrails), DM (chant, Helioss, Celestial Swarm, Pyogenic…), Francesco Loconte (basse, Koroth, ex-Kormak) et Diego Soldi (orchestrations) ainsi que nombre d’invités de la scène Metal underground.
Cinq titres pour ce premier EP qui débute avec Winter Wanderer, une composition à la fois glaciale et majestueuse. Les riffs violents et les hurlements sont sublimés par des orchestrations et des leads planants, puis Versus the Titan propose un son martial. A nouveau, les orchestrations viennent créer un contraste saisissant, qui sera renforcé par ce violon mélancolique et ces hurlements massifs. Cleansing Fire apaise les esprits avec une introduction magique, puis les riffs effrénés et le son agressif reprennent le dessus, nous projetant dans une tornade de violence, alors que Delirium propose une ambiance plus entêtante, notamment avec de nombreux leads, solos et choeurs sur le final, qui sera une sorte de paroxysme d’intensité. Shores of a Lost Sea, le dernier morceau, se focalise également sur une violence pure renforcée par des orchestrations pour nous apporter un épilogue épique.

Pour ce premier EP, Eonian a frappé très fort. Bien que The Nomad soit assez court, sa richesse en fait un indispensable de l’année. Alternant entre Black, Death et Metal Symphonique, le groupe possède une force de frappe qu’il ne faut pas sous-estimer.

90/100

English version?

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.