Review 737 : Sabbatonero – L’Uomo Di Ferro

Il est temps de rendre hommage à Black Sabbath avec Sabbatonero.

Créé par Tony “Demolition Man” Dolan (basse, Venom Inc., ex-Venom), Francesco Conte (guitare, Neromega, Spiritual Front), Filippo Marcheggiani (guitare, Banco del Mutuo Soccorso) et Riccardo Spilli (batterie, Balletto Di Bronzo), le projet a également pour but de soutenir les travailleurs touchés par le Covid en Italie. Les ventes de L’Uomo Di Ferro leur seront versées via des associations.

Cet album hommage est l’un des plus ambitieux que je connaisse. Pourquoi ? Car vingt-six musiciens de la scène internationale y participent, en plus des quatre membres. On retrouve tour à tour Rasmus Bom Andersen (Diamond Head), Steve Sylvester (Death SS), Flegias (Necrodeath), Marty Friedman, Mantas (Venom Inc), Terrance Hobbs (Suffocation), Ken Andrews (Obituary), Sonia Nusselder (Crypta), James Murphy (ex-Death, ex-Testament…), Snowy Shaw (ex-Dream Evil, ex-Mercyful Fate…) et beaucoup d’autres, venant de styles différents.
Côté son, on retrouve dix morceaux qui figurent bien évidemment parmi les plus célèbres et appréciés de la légendaire formation anglaise à qui on attribue la création du Metal au début des années 70, mais c’est là que la participation des musiciens est intéressante. Si certains morceaux comme Sabbath Bloody Sabbath, Killing Yourself to Live ou Heaven & Hell gardent leur douceur attrayante tout en profitant des capacités de chaque musicien, Symptom of the Universe et War Pigs deviennent beaucoup plus agressives, tout en se parant d’influences grasses, tranchantes et solides.

Sabbatonero rend hommage à Black Sabbath en revisitant à leur sauce leurs plus grands titres sur L’Uomo Di Ferro. Un simple hommage ? Non ! Un cri du cœur ? Un mélange explosif et riche ? Bien évidemment !

75/100

English version?

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.