Review 746 : Chestcrush – Vdelygmia

Chestcrush prône la violence musicale.

Créé par Evan (guitare/basse/batterie, The Pornodevil) et DM (chant, Celestial Swarm, Helioss, Pyogenic…), le groupe sort une démo en 2020 puis Vdelygmia, leur premier album, en 2021.

Que savez-vous de la violence ? Chestcrush va vous faire apprendre sa définition avec un Black/Death teinté d’éléments Grind et Crust en une demie-heure et neuf titres. On commence avec The Digester, une introduction très oppressante qui dévoile des influences oppressantes et lourdes qui se confirment avec Different Shepherd Same Sheep, un titre écrasant et dissonant. Les parties brutales intègrent de la dissonance, différents types de chant et une noirceur intense avant Grudge, un morceau au tempo très élevé. La rapidité donne un terrain fertile pour la violence, puis Theocracyst, le titre suivant reste dans cette agressivité oppressante, sombre et tranchante. On continue avec Burden, une composition étouffante qui tire profit de cette lenteur écrasante et de la violence du chant, puis avec Let Them Crawl et ses influences Punk/Hardcore greffées à des racines plus sombres doublées d’une saturation métallique. Skullcrush renoue avec cette lourdeur oppressante qui côtoie le Slam Death plus moderne au niveau des breaks mais qui reste dans ces sonorités Old School, puis Vothrodoxia revient frapper avec un mélange de lourdeur, noirceur et rapidité, alors que Vaptizetai O Doulos, la dernière composition, referme cet album avec des sonorités étranges, stridentes et des hurlements oppressants.

Chestcrush n’a jamais fait dans la légèreté, et Vdelygmia le confirme. Lourdeur, violence, noirceur et oppression se mêlent pour créer un album court et incisif qui saura trouver son public lorsque l’agressivité sera nécessaire.

70/100

English version?

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.