Review 208: Thecodontion – Supercontinent

Si c’est l’originalité que vous recherchez, Thecodontion est le groupe parfait pour vous.

Depuis 2016 en Italie, G.D. (basse, Deathvoid, Batrakos, Framheim, Perpetuum Mobile, Veia, ex-Arvensvarthe) et G.E.F. (chant, Batrakos, Framheim, Perpetuum Mobile, Veia), jouent un Black/Death sans guitares. Leur sujet de prédilection, vous l’aurez probablement deviné, est la Préhistoire. Depuis 2018, date de sortie de leur première démo, ils sont accompagnés sur scène de L.S. (basse, ex-Enforces) et V.P. (batterie, SVNTH). Il faut attendre 2019 pour un EP, puis 2020 pour Supercontinent, leur premier album.

Si au premier abord le son gras mais étrangement groovy pour du Black/Death peut surprendre, l’absence de guitares n’est absolument pas un handicap pour les italiens. Les riffs sont monstrueusement efficaces et permettent tout de même au groupe d’inclure des leads flirtant avec des influences psyché, alors que la rythmique solide nous assomme en arrière plan. Les grognements du chanteur font également le lien avec cette ambiance Old School qui sent le blast. Cette saturation dans les instruments offre des sonorités rocailleuses, brutes et très entraînantes, comme Gyrosia, l’introduction instrumentale de l’album. Mais le groupe enchaîne rapidement avec des morceaux plus conséquents et plus longs, à l’image d’Ur, un titre bourré de sublimes harmoniques sur lequel on retrouve la voix de Skaðvaldur (Igor Mortis, Urðun, Ziegenhorn, Sküllfükk SS) ou la puissante Nuna. Des interludes instrumentaux viennent renforcer cette ambiance mélodique, comme l’angoissante Lerova qui progresse telle un reptile avant de nous lâcher sur le morceau suivant. Très lourd, Laurasia-Gondwana est le seul morceau qui déroge à la règle du groupe puisque J.G.P. (Angew, Night Gaunt, SVNTH) apporte le son de sa guitare baritone au groupe pour quelques leads, alors que son camarade R.C. (Angew, SVNTH) prête sa voix sur Pangaea, un morceau plus long, mais qui se permet de développer plus intensément l’univers sonore. Car en effet, quelques breaks viennent freiner la rythmique. Panthalassa referme l’album avec un final instrumental aérien entre le duo basse/batterie.

Thecodontion a énormément progressé depuis sa première démo, le concept-album Supercontinent en est la preuve. Leur univers très recherché et inhabituel ainsi que le talent des musiciens en fait un groupe qui va très vite devenir incontournable et que l’on salue déjà pour sa puissance novatrice.

English Version?

One thought on “Review 208: Thecodontion – Supercontinent

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.