Review 222: Temple of Dread – World Sacrifice

Besoin de renouer avec vos racines ? Temple of Dread a choisi le Death Metal.

Créé en 2017 par Markus Bünnemeyer (guitare/basse, Thrashhammer, Slaughterday en live) en Allemagne, il recrute Jörg Uken (batterie, Crown of Grief, Nightfall, ex-Mandrake…) et Jens Finger (chant, Slaughterday, ex-Obscenity) afin de sortir un premier album en 2018. Deux ans plus tard, World Sacrifice voit le jour.

Le groupe reste dans la lignée du premier album en offrant un Death Old School pur jus. Entre les riffs gras et agressifs ainsi que le chant au timbre rocailleux, les amateurs du genre vont se régaler avec cet album. World Sacrifice, le premier titre, met directement les pieds dans le plat en offrant une rythmique qui suit à la lettre les codes du genre. Un sample vient calmer le jeu avant que la rage ne reprenne le dessus. C’est la même énergie qui anime le groupe sur Commands From a Black Soul, un titre à la fois entraînant et tranchant. Les leads perçants trouvent sans mal leur place dans ce mix épais et sombre. Enforcers of the Vile pioche également dans ce côté sombre du Death Metal pour offrir des influences malfaisantes, oppressantes tout comme pour Symbiotic Delusion, une composition massive qui ralentit parfois pour accentuer les sonorités malsaines.
On continue avec Machine, le titre le plus court mais également le plus vif de l’album, qui revient énergiser le son et faire remuer des têtes, puis le groupe relance des sonorités putrides avec Alive I Rot. Gras, massif, mais qui ne néglige pas les leads et leur effet perçant. Dedication reprend le chemin entamée par le groupe avec un riff puissant et qui pue le Death Metal à plein nez, avec cependant quelques influences Thrash, notamment au niveau de la batterie. Les plus aguerris auront déjà reconnu les riffs iconiques de Morgoth à travers la reprise de Sold Baptism, mais les allemands donnent une seconde jeunesse à ce morceau de 1991 avant de refermer l’album avec la mystique Blood Craving Mantra. Des incantations rituelles invoquent les instruments, qui nous arrivent peu à peu, avant d’exploser une dernière fois.

Temple of Dread porte haut le flambeau du Death Metal. Les riffs de World Sacrifice sont d’excellente facture, le son nous amène trente ans en arrière et on peut clairement affirmer que ce voyage dans le temps donne un vent de fraîcheur au style !

English version?

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.