Review 260 : Jupiterian – Protosapien

Entourés d’un voile éthéré, Jupiterian sort à nouveau de l’ombre pour nous offrir Protosapien, son troisième album.

Créé en 2013 par R (basse), A (guitare, The Kroni), V (guitare/chant, ex-The Black Coffins) et G (batterie) au Brésil, le groupe s’axe sur des sonorités lourdes qui mêlent Sludge, Doom et Death Metal. P (batterie, Riffcoven, ex-Corporate Death) remplace G en 2019, et le groupe avance avec Transcending Obscurity Records.

Superbement illustré par Mariusz Lewandowski (Abigail Williams, Bell Witch, Eremit, Psycroptic, Xenobiotic…), cet album est l’incarnation parfaite de la graisse auditive. Homecoming, la longue et oppressante introduction peuplée de mouches, orchestrations effrayantes et de quelques frappes, laisse place à la rythmique lourde du groupe. La lenteur et la langueur habitent la musique des quatres hommes encapuchonnés, et cette touche sombre prend possession de leurs riffs. Cinq titres, cinq facettes de leur graisse rampante, mais une seule et unique volonté : nous écraser grâce à leur son dissonant, agressif et viscéral. Quelques samples accompagnent cette terreur qui marche, que ce soit avec des hurlements caverneux ou du chant clair mystérieux avec quelques effets. Les habitués du groupe retrouvent avec plaisir l’univers mystique, noir et captivant de la formation alors que les nouveaux venus se retrouvent frappés de plein fouet par Mere Humans, un titre plutôt calme pour débuter. La véritable agression prend forme avec Voidborn, un titre hypnotique qui nous enfonce peu à peu grâce au mélange entre frappes et rythmique. Capricorn est la suivante, laissant la basse mener le jeu avec un véritable mur sonore crasseux ponctué d’harmoniques lacérantes. Le titre prend le temps d’installer une ambiance mélancolique avant de faire place à une accélération et au chant, alors que Starless fait rapidement preuve de férocité. Le titre est plus rapide, utilise de la double pédale, mais aussi une rythmique massive. Dernier titre, Earthling Bloodline insère quelques influences horrifiques pour accompagner une dernière dose de graisse musicale, que ce soit lors des passages lents ou de ces riffs entrainants.

Une fois de plus, Jupiterian séduit. Protosapien est l’apogée de leur art sombre, et les riffs développés par le groupe sont d’excellente facture. Le son du groupe est massif, surprenant et puissant, servant à merveille des textes terrifiants et un visuel occulte.

90/100

English version?

One thought on “Review 260 : Jupiterian – Protosapien

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.