Review 010 : At The Gates – The Red In The Sky Is Ours

At The Gates - Logo

Ais-je réellement besoin de présenter At The Gates ? S’il existait, ils feraient partie du Big 4 du Death Mélodique (aux cotés de Carcass, In Flames et Dark Tranquillity), puisqu’ils ont participé à créer le genre, ainsi qu’à façonner la scène Death Metal suèdoise à travers le Gothenburg Death Metal (Death Mélodique Suèdois provenant de Gothenburg).

1992, soit deux ans après la création du groupe, sort The Red in The Sky is Ours. Forts d’une démo, les cinq gaillards nous pondent un album qui est considéré comme une référence par la quasi totalité des groupes de Death Mélodique. Un savant mélange de la violence du Death et des mélodies ancrées dans le Heavy Metal. Au niveau des paroles, ils traitent principalement des mêmes sujets que le Death Metal en général : la religion, la lutte interne, la mort…

At The Gates - The Red In The Sky Is Ours

La première chanson est en deux parties : The Red In The Sky Is Ours, un titre purement violent, Tomas « Tompa » Lindberg hurlant comme un démon, puis The Season To Come, une outro instrumentale accompagnée du violon de Jesper Jarold. S’en suivent les magnifiques Kingdom Gone, Through The Garden of Grief, Within (titre qui dispose également d’un accompagnement au violon), jusqu’à Windows qui vient casser le rythme.
Windows est un titre visiblement plus axé sur les mélodies et les harmoniques. Après une introduction viennent évidemment les éléments Death (batterie rapide d’Adrian Erlandsson, guitares criardes d’Alf Svensson et Anders Björler et basse vrombissante de Jonas Björler), mais ce titre reste particulier. A noter les petites accélérations aux guitares qui permettent de garder le ton. Neverwhere nous permettra de découvrir une nouvelle tonalité de la voix du chanteur, plus criarde et plus empreinte d’émotions. The Scar est une véritable pause douceur. L’instrumentale ne sera rompue que par des murmures, lui donnant une atmosphère particulière.
La guerre recommencera avec Night Comes Blood Back, hymne anti-religieux qui renoue avec les hurlements. En titre bonus, City Of Screaming Statues est sorti du même moule.
Sous genre le moins violent du Death Metal, le Death Mélodique a été profondément marqué par At The Gates et l’est encore de nos jours, puisqu’en 2014 est sorti leur cinquième album, At War With Reality, alors qu’ils avaient annoncé (juste avant une pause en 1996), ne plus souhaiter en sortir.
Mention particulière à The Scar, qui, lorsque bien comprise, restera la chanson la plus marquante de l’album selon moi.

 

 

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s