Review 018 : Impaled Nazarene – Ugra Karma

Impaled Nazarene - logo

Vous pensez connaître le chaos n’est ce pas ? Eh bien tant que vous n’avez pas écouté Impaled Nazarene, vous ne le connaissez pas.

Impaled Nazarene, c’est 26 années de violence à l’état pur depuis la Finlande. Même s’il n’est pas leur premier album, Ugra-Karma en est le plus représentatif et plébiscité par les fans.

Sorti en 1993, Ugra-Karma a déchaîné des hordes de fans de Black Metal autant que divisé les esprits puritains. En effet, Impaled Nazarene c’est Satan, Sexe et Violence (principalement, bien que certains contenus politiques/patriotiques seront engagés plus tard dans leur discographie). Place maintenant au plus punk des groupes de Black Metal.

Impaled Nazarene - Ugra Karma

Goatzied, c’est quelques secondes de violence, puis un peu d’atmosphérique. Le tout sur même pas deux minutes. The Horny and The Horned, un peu plus longue, sera un bon morceau de Black Metal comme il se doit. La voix éraillée et hurlante de Slutti666 (Mika Luttinen) convient parfaitement a cette vague de puissance. Sadhu Satana sera sur le même modèle : des riffs saignants, une voix puissante et grasse…
Chaosgoat Law jouera sur les effets les plus aigus atteignables par Mika Luttinen. En effet, le chanteur est capable de pousser des cris perçants quasi-inhumains. Hate, c’est l’occasion de voir à quel point les musiciens (Kimmo « Sir » Luttinen à la batterie, « Jarno Anttila » à la guitare et Taneli Jarva à la basse) sont doués, pendant près de six minutes. La meilleure piste de l’album. La chanson est parcourue de quelques samples du film Au Nom de la Rose, de Jean-Jacques Annaud.
Gott ist tot (Antichrist War Mix) est un peu particulière au niveau de la conception. En effet, la chanson n’est pas mauvaise, mais le mix fait d’elle une sorte de prémisse au Metal Industriel.
Comme beaucoup d’albums à l’époque, il est séparé en deux (les deux faces du vinyle par exemple). Coraxo sera donc une simple petite introduction à Soul Rape, autre pièce maitresse de l’album en terme de violence pure et gratuite. Kali-Yuga aura l’originalité de mettre en avant la basse, alors que Cyberchrist intègre un sample du film Gremlins en plus d’être une très bonne composition.
False Jeovah revient sur un rythme plus rapide, et une voix plus puissante, alors que Sadistic 666/Under A Golden Shower revient sur les bases du Black Metal, avec la petite touche Impaled Nazarene.
Même si Ugra-Karma n’est pas mon préféré (parce que Manifest est une perle), Impaled Nazarene a fait très fort avec cet album. 23 ans plus tard, certains morceaux continuent à hanter les setlists du groupe.

 

English Version ?

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s