Review 081 – Coldrain – Nothing Lasts Forever

Coldrain - Logo

On va repartir du côté du Japon pour découvrir un groupe de Metalcore aux moeurs occidentalisés : Coldrain.

Créé à Nagoya en 2007, il se compose depuis ses débuts de Masato au chant, Yokochi et Sugi aux guitares, RxYxO à la basse et Katsuma derrière le kit de batterie. Mêlant habilement un Metalcore avec des sons parfois Metal Alternatifs ou qui tendent vers le Post-Hardcore, le groupe a composé quatre albums et deux EPs. Tous leurs textes sont en anglais, car le père de Masato est américain, ce qui leur permet de se distinguer des autres groupes japonais et de percer également à l’étranger, avec quelques concerts en Europe ainsi qu’aux Etats-Unis. Le groupe fête ses dix ans de carrière en prévoyant un concert en tête d’affiche au légendaire Budokan. Mais avant de devenir ce groupe plébiscité par tous, Coldrain a sorti Nothing Lasts Forever en 2010, un EP assez sentimental. Cette sortie leur a permis de poser les bases du style qui leur est propre. C’était il y a sept ans, et le son était déjà démentiel.

Coldrain - Nothing Lasts Forever

L’EP commence tout en puissance avec Die Tomorrow, un titre accrocheur et violent. On y découvre le scream percutant de Masato sur une rythmique Metalcore plutôt classique : riffs saccadés et lourds jusqu’au refrain qui lorgne clairement sur du Metal Alternatif en chant clair. Soudain, le titre se termine et laisse place à We’re Not Alone. Une guitare lead entêtante et une rythmique imposante pendant que Masato utilise principalement sa voix claire jusqu’à un passage où il chante seul avant d’être à nouveau rejoint par tout le groupe.
Le groupe ose rapidement une reprise, et c’est le titre Stuck de Stacie Orrico qui bénéficie d’un passage au Metalcore plutôt réussi. Très entraînant, on sent toutefois les racines un peu plus pop du titre. Retour aux sonorités un peu plus agressives avec After Dark, qui garde quelques sonorités atmosphériques grâce au son clair des guitares. Les cris ne sont pas absents, mais plutôt relégués au second plan, alors que le break entier de The Youth est hurlé. Loin de perdre son intensité, le groupe surprendra alors par une ballade en acoustique intitulée Miss You. Un titre sur lequel Masato et Sugi, les compositeurs, se livreront à cœur ouvert.

Inhabituel, n’est-ce pas ? Mais c’est la preuve que les groupes japonais sont une sérieuse concurrence. Coldrain ne réinvente aucun des styles dont les musiciens s’inspirent, mais les mélangent tous pour créer leur propre univers. Que ce soit dans les passages violents ou les quelques moments de calme qu’ils composent, les japonais peuvent mêler des paroles profondes et actuelles à leur instrumentale. Pour les avoir déjà vus sur scène, le groupe a beau être jeune, mais les membres sont loin d’être des débutants. Leur énergie est palpable et communicative !

 

 

English Version ?

One thought on “Review 081 – Coldrain – Nothing Lasts Forever

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s