Review 096 : Ghost Brigade – Isolation Songs

Ghost Brigade - Logo

Une fois n’est pas coutume, c’est un groupe aujourd’hui séparé dont nous allons parler aujourd’hui. Alors qu’il se forme en 2005, c’est dix ans après que les finlandais de Ghost Brigade nous ont tiré des larmes en annonçant leur séparation.

Pendant ces dix ans, la base du line-up est presque restée la même : Veli-Matti Suihkonen à la batterie, Wille Naukkarinen et Tommi Kiviniemi aux guitares ainsi que Manne Ikonen au chant. Seul le bassiste Janne Julin est parti en 2013, laissant la place à Joni Saalamo, et le groupe en profitera pour intégrer Joni Vanhanen aux claviers la même année. Ghost Brigade, c’est une aventure qui a duré pendant quatre albums empreints de tristesse et de solitude. J’ai longtemps hésité à en choisir un, puisqu’ils sont tous excellents, mais j’ai décidé de vous présenter Isolation Songs, sorti en 2009, puisque selon moi c’est avec celui-là que le groupe a réellement trouvé le son qui les caractérise, et qui leur permet d’être reconnaissables entre mille. Prenez le temps de savourer chaque note.

Ghost Brigade - Isolation Songs

L’album va commencer en douceur avec l’introduction mélancolique de Suffocated. On découvre alors un univers mélodique d’une douceur infinie, qui se renforcera soudain avec l’arrivée d’une rythmique Post-Metal. Cependant, l’aspect reposant perdurera, même avec l’arrivée des cris de Manne. Les finlandais ont capturé notre esprit, et ce n’est clairement pas avec My Heart Is A Tomb qu’ils vont le relâcher. Une nouvelle fois des sonorités acoustiques emplissent nos tympans, avec cette fois-ci un chant clair avec un peu d’écho qui passera de temps en temps à des riffs plus soutenus. Into The Black Light, c’est une basse. Sans vouloir dénigrer les autres musiciens, Janne Julin est vraiment exceptionnel. Il a réussi a faire de son instrument l’élément principal de la composition à chaque instant.
Lost In A Loop donnera littéralement une impression de boucle sans fin entre les riffs lourds et à la voix presque Stoner, alors que 22:22 Nihil renoue avec un son acoustique et une rythmique qui laisse entrevoir une mélancolie palpable, chose qui n’est pas rare pour un titre instrumental. La violence du son du groupe reviendra avec Architects Of The New Beginning et sa rythmique torturée, tandis que la progression de Birth est appréciable à entendre, avec ses pauses en pleine rythmique, le tout sur l’une des compositions les plus longues du groupe.
Les premières notes de Concealed Revulsions laissent entrevoir une composition plus calme et mesurée, alors que Secrets Of The Earth est plus énergique. Le chant clair de ce titre est tout laisse présager une explosion qui arrivera vers la moitié du titre. Si vous n’accrochez pas au groupe avec A Storm Inside, alors que sa rythmique est l’une des plus prenantes, il ne vous reste qu’à attendre la tempête qu’est Liar. Les riffs de cette composition, qui alterne entre chant clair et saturé peut clairement faire chavirer toute une fosse.

 

Ghost Brigade est un groupe capable de provoquer rapidement chez son public une émotion à chaque titre. Si les compositions s’enchaînent, elles ne se ressemblent clairement pas et chacune d’entre elles est unique. Le groupe s’est séparé sans animosité entre les membres, mais j’ai bon espoir d’entendre à nouveau leurs riffs résonner comme je les ai entendus pour la première et dernière fois au Hellfest 2015.


English Version ?

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s