Review 140 : Depths Above – Ex Nihilo

Dephts Above - Logo

Animés par les ténèbres, Depths Above vient de sortir son premier album.

Formé en République Tchèque en 2016 par Vama Marga (chant/guitare, Bhagavat, Bloody Lair), Sarapis (batterie, ex-Moravská Zima, ex-Žrec, ex-Inferno, ex-Tears of Styrbjørn), Ivan Teleranko Dvorsky (basse, Desert Witch, Tele, ex-Forty Six, ex-Rotavator) et Dreamancer (guitare), les quatres musiciens travaillent rapidement sur leur premier album. Un premier single est dévoilé fin 2017, mais il faut attendre le 30 septembre 2018 pour qu’Ex Nihilo, ne sorte. A leur base Post-Black, le groupe ajoute quelques touches de Doom et Death Metal pour un son qui leur est propre et un univers que je vous laisse découvrir.

 Dephts Above - Ex Nihilo

On démarre sur Here And Everywhere, une composition à l’introduction samplée sombre mais calme. Les instruments arrivent par la suite apportant une touche malsaine à une ambiance déjà pesante, et le blast du batteur nous impose une vision plus brute de leur musique. Les hurlements profonds ajoutent une troisième dimension à la composition, celle de la terreur qu’elle inspire. Les choeurs plaintifs se joignent au chant principal, et ce mariage original développe l’aspect mystique et douloureux qui se dégage de la chanson. Le groupe enchaîne sur The Descent, leur tout premier single. Une voix parlée accompagne une introduction qui promet un titre très sombre. La rythmique ne me déçoit pas : on a l’impression de s’enfoncer au plus profond des entrailles de la Terre avec pour seul compagnon ce son maudit. La suite de la composition s’oriente vers un Black Metal Atmosphérique que le groupe tisse tout autour de nous, et qui allie sonorités crues à des harmoniques planantes.
A Prayer, un titre acoustique, est le suivant. Les tchèques déploient toutes leurs ressources pour mêler la créativité à un son Black Metal très atmosphérique, mais surtout qui progresses en étalant ses harmoniques tout autour de nous. Les guitares sont évidemment très mises à l’honneur, mais ni la basse lourde et hypnotique ni la batterie d’une technicité hors pair ne sont oubliées dans l’équation. La rythmique finit par s’enflammer avant d’arriver à un break au son clair, puis repart dans cette folie extrême après un passage dissonant jusqu’au final. Le dernier titre, Ex Nihilo, est assez troublant. La puissance du Black Death se mêle à des riffs doux et atmosphériques mais aussi sombres que poignants pour accompagner une voix qui semble emplie de désespoir. Les choeurs en chant clair reviennent par moments pour accompagner les riffs jusqu’à la fin où ils s’éteindront dans la douleur qu’ils ont apportée.

Grâce à leur travail acharné sur Ex Nihilo, Depths Above nous présente un son riche et intense, qui marque les esprits pour un long moment. Le groupe est jeune, mais sait tirer le meilleur de chaque style dont elle s’inspire pour des compositions uniques et touchantes. Le passage au live serait une expérience intéressante à vivre.

English Version?

One thought on “Review 140 : Depths Above – Ex Nihilo

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.