Review 150 : Master – Vindictive Miscreant

Master - Logo

Lorsque l’on parle de mélanger Thrash et Death Metal, le nom de Master est l’un de ceux qui revient le plus vite en tête.

Créé aux Etats-Unis en 1983 par Paul Speckmann (basse/chant, Abomination, Cadaveric Poison, Death Strike, ex-War Cry), le groupe a eu du mal à démarrer. Une séparation, une démo en 1985, une seconde séparation en 1987, mais c’est en 1990 que le groupe avance vraiment avec la sortie de son premier album. Depuis relocalisé en République Tchèque, le groupe compte dans ses rangs Zdeněk Pradlovský à la batterie (Death Strike, Shaark, Urschullum) et Alex “93” Nejezchleba à la guitare ( Death Strike, Shaark, Urschullum) depuis 2003 et vient de sortir Vindictive Miscreant, son quatorzième album. Prêts pour une leçon de Thrash Death Old School ?

Master - Vindictive Miscreant

L’album débute avec le hurlement introductif du titre éponyme, Vindictive Miscreant. Rien que dans cet éclat de voix, le son a un goût Old School, et les riffs rapides vont confirmer cette impression. Une rythmique criarde mais lourde, avec une batterie survoltée, c’est la recette de Master depuis leurs débuts. On prend la même base et on recommence pour Actions Speak Louder Than Words, et le message du groupe passe par des hurlements à la limite du chant vomi, mais avec quelques choeurs tout aussi puissants. Si la batterie est plutôt influencée par le Thrash avec un blast motivant, les riffs sont résolument orientés sur un mélange des deux styles. La rythmique grasse du Death Metal frappe de plein fouet sur Replaced, mais avec une énergie purement vindicative et rebelle. C’est cette puissance qui leur permet de caler quelques parties lead sur la fin de cette rythmique revancharde avant de passer à The Inner Strength Of The Demon et sa basse ronronnante. Beaucoup plus lent et lancinant sur l’introduction, ce titre s’énerve soudainement pour laisser place à une rythmique assez simple mais très efficace et qui reste en tête.
A nouveau très vive, la batterie énergise les riffs du groupe pour The Book et sa basse ronflante. A mi-chemin entre le titre Death Old School très gras et le Thrash aux influences Hardcore, ce morceau saura convaincre les plus récalcitrants au style du groupe. On repart sur une rythmique entêtante pour Engulfed In Paranoïa, mais la guitare lead saura également se faire entendre pour quelques harmoniques assez psychédéliques et un solo, tout comme sur l’imposante The Impossible Of Dreams. Tout dans ce titre est fait pour vous faire headbanguer en rythme avec le groupe, qui ne perd pas une occasion de mettre en valeur chaque instrument. Sur la fin, les amateurs de Death Metal seront comblés, mais le dernier titre est déjà là. Stand Up And Be Counted est le morceau live par excellence. Alliant rapidité, férocité et des riffs motivants, la foule est assurée de se déchaîner autant que le groupe lors des prochains live.

Les vétérans de Master prouvent avec Vindictive Miscreant que même après une carrière aussi importante et longue que la leur, l’envie est toujours un moteur de création et de productivité. Les prises de risque du groupe sont certes assez limitées, mais les trois gaillards maîtrisent leur style sur le bout des doigts, et c’est un véritable bonheur que d’entendre du son neuf de leur part. A quand une véritable tournée ?

English Version?

Publicités

Une réponse sur « Review 150 : Master – Vindictive Miscreant »

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.